Magazine Golf

Golfus ex orchestra

Publié le 14 avril 2009 par Brigitte Contois
Murphy joue au golf ! Si, j’en ai la preuve. Pas la peine de faire du pipo. Plein de bonnes initiatives sans succès… Toujours la même rengaine !
D’une part, on peut vouloir en choeur se remettre au golf de tout cœur et manque de chance ou de temps, la méteo n’est pas au top, les seuls jours cléments, vous avez autre chose à faire et la vie a bon dos, vous n’avez pas le la, tout part sur des fausses notes, le canard assuré, direct dans la mare. La pénalité sévit.
Nouveau bémol dans la longue symphonie : proposition d’association corporate et rythme asynchrone, le chef d’orchestre prend un mauvais départ, on change de partition stratégique. Les cuivres part en retraite, les cordes grincent et les vents se font légers. On passe des menuets au requiem de Mozart en 2 temps 3 mouvements comme d’un par 5 en one in hole. Tiens, il est à la mode version opera rock notre autrichien. Chic mais le golf ne sera pas in the pocket de la boîte. On repoussera la balle au gré des vents sans tremolo dans la voix.
Tout est dans le final ! Envie de frapper fort la caisse avec le driver, on se sent emporté par des salves d’envies de vacances, les croches virevoltent entre des greens ensoleillés et des destinations à plusieurs voix dont la mélodie de l’orient vient chatouiller les papilles d’envie comme le gazon fraîchement coupée. Mais bien sûr que la Thaïlande était un bon plan et que beaucoup d’escale aérienne, temps mort, se font à Bangkok. Sonnez trompettes, l’ange passe. Qui aurait pensé que des contre-temps en chemises rouges iraient battre le fer sur le bitume pour faire alveoler un ministre. Fort heureusement que le saxo se fait blues du jazz et revoit son classique en totale impro. Approche mesurée, la sonate était évitée, on verra où tombe la balle si congés acceptés.
Résultat : une œuvre magistrale en tonalité aussi mineure que la gueule noir du charbonnier qui écume le grisou en creusant son propre bunker. Crise économique en rappel, il y a des couacs de toute part. Même Mozart serait devenu fou s’il avait composé des parcours et Beethoven serait resté sourd aux sirènes de l’absurde. On frôle du casse-noisette mais on devient magistral. Finalement ce parcours sera plus rock&roll que prévu.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Brigitte Contois 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines