Magazine Société

Les anges noirs

Publié le 14 avril 2009 par Tudry

L'Occident aime beaucoup, beaucoup, se faire peur. Il aime jouer et surtout jouer à se faire peur.

black blocks - photo A.SchimdtAFP.jpg
Le voilà donc, apparemment, décidé à renouer avec cette excitante frayeur que représente l'anarchisme. Cette jouissante angoisse face à l'indescriptible, face à la violence latente de SA jeunesse. Mais, comme on ne fait du neuf qu'avec du vieux, qu'actuellement il faut a tout crin être le premier à montrer ce qui est tendance, voilà donc qu'on affuble nos actuels anarchistes de vieux oripeaux, ceux qui firent des pirates, des ninja, des tueurs professionnels des ombres mystérieuses que la bonne conscience ne peut que craindre, ces ombres noires synonymes de violence, de colère, de crimes ...

Oui l'Occident aime se faire peur et ce que SES jeunes aiment par dessus tout c'est, précisément, lui faire peur. Et, tant que certaines barrières ne cèdent pas, nous avons là un jeu assez peu dangereux.

Ainsi donc, voilà, braves gens, les nouvelles hordes que vous devez craindre ! Toutes vétues de noir, ne pensant qu'à briser, à ravager, à détruire le vieux monde afin que de ses cendres fumantes naisse, enfin, le monde idéal de justice et d'égalité parfaites de toutes leurs perfections. Les voici les nouveaux barbares, rompus aux exercices de la guérilla urbaines, la voici, plus féroce que jamais la nouvelle internationale des "sans foi ni loi" qui se battent pour le vrai bonheur à venir que tous les citoyens moyens du monde surunifié sont trop bêtes ou trop asservis pour vouloir vraiment, pour seulement le concevoir même !

Bon, finalement, soyons sérieux, les modes passent, les vieilles lubies demeurent ! Les vieilles lubies, les vieux drapeaux restent les mêmes et les fiers anarchistes libérés des carcans de ce vieux monde bourgeois sont eux aussi des "fashions victimes" ... Que voulez vous, mêmes les ardents guerriers ont besoin de souffler un peu et de pouvoir s'offrir quelques menus plaisirs ...

Nombreux sont les divers mouvements qui ont aimé imposer le noir vestimentaire à leurs "membres". Couleur du deuil, couleur de la révolte, de la mort.

"Comme un rien sans possibilités, comme un rien mort après la mort du soleil, comme un silence éternel, sans avenir, sans l'espérance même d'un avenir, résonne intérieurement le noir." écrivait Kandinsky. Contre-couleur du blanc, contre-point co-exstensif du blanc, le noir est le non-être, le terrible abîme du rien ! Anciennement le blanc fut la couleur du deuil des rois, des dieux, de ceux qui mourraient pour renaître, signe d'une absence sacralisée parce qu'elle devait et ne pouvait qu'être comblée, couleur sacerdotale chez les indo-européens, couleurs de ces initiés aux mystères qui seuls devaient ressusciter; le noir revenant à ceux qui, sans espoir de retour, s'en allait se perdre, s'infondre dans le nénant abyssal et froid. Le retournement, le "contre", ce fut la foi chrétienne qui l'affirma ! Et la mort sans espoir de retour ce fut la mort au monde assumée, transcendée par les saints moines qui se vêtirent de noir ! 

Voici l'authentique révolte ! De quoi veulent donc nous libérer nos jeunes anarchistes ? De certaines passions, oui, en effet ! Mais, eux-mêmes, pour nous enseigner qu'ont-ils donc abandonné des passions qui tissent la toile de ce monde ?

 Photo : A. Schmidt / AFP


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tudry 471 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine