Magazine Société

Dur dur d'être à Durban

Publié le 19 avril 2009 par Beniouioui

Image1 Après une première conférence contre le racisme calamiteuse à Durban en Afrique du Sud en 2001, l'ONU remet le couvert lundi à Genève avec "Durban II, le retour".

Avant même le coup d'envoi de ce match entre les bons et les méchants, des équipes d'envergure ont déjà déclaré forfait. Israël, USA, Canada, Australie, Pays-Bas, la liste s'allonge d'heure en heure. Même la France, championne toute catégorie de l'anti-racisme se tâte. Raison principale de ces défaillances : le sionisme élevé au rang de racisme par les pays arabes.

Pour être honnête, la déclaration finale qui circule ne fait pas directement référence à Israël ... mais adoube le texte de Durban I qui lui y faisait référence. Du pareil au même mais diplomatique.

De son côté, Benoît XVI confirme l'envoi d'une délégation vaticane et "engage sincèrement tous les délégués à coopérer dans un esprit de dialogue et de tolérance en vue de mettre fin à toutes les formes de racisme, de discrimination et d'intolérance." Comme à son habitude, il touche juste et joue son rôle de pacificateur. Il faut essayer par tous les moyens de créer une civilisation de l'amour même si ça passe par un dialogue avec le diable.

Car le diable qui s'habillera en costume Prada la semaine prochaine, c'est Mahmoud Ahmadinejad. Le petit diablotin barbu a d'ailleurs déjà entamé son voyage suisse par un beau discours tolérant en qualifiant Israël de "porte-drapeau du racisme". Durban II commence fort. Nous sommes impatients d'écouter sa verve paisible lundi lors d'une allocution officielle devant le parterre onusien. Rappelons que lundi soir, Israël fêtera la Journée du Souvenir de la Shoah...

Aime ton ennemi, nous commande Jésus. Eh bien, il ne simplifie pas la vie ! Mais il a bigremment raison. Le dialogue est le premier pas vers la paix.

Evidemment, nous aimerions rappeler à la soixantaine de pays à majorité musulmane présents à cette conférence qu'il n'en est pas un seul pour offrir une liberté de culte réelle et une tolérance égale des chrétiens et des musulmans. Et encore moins des autres religions. Pas un seul.

Evidemment, nous aimerions pouvoir dire à Benyamin Netanyahu que demander aux palestiniens de reconnaître un "Etat juif" est un degré au-dessus de la reconnaissance d'Israël et que cela ne simplifie pas une situation déjà complexe et ne représente pas une démarche férocement ouverte. Et évidemment, nous aimerions hurler l'inverse à Mahmoud, au Hezbollah, au Hamas qui commencent à courir sur le haricot de tout le monde.

Evidemment, nous aimerions évoquer les statistiques récentes qui démontrent une fois encore le record peu glorieux qu'entretiennent les chrétiens dans le monde : ils sont les croyants les plus persecutés pour leur foi.

Evidemment, nous aimerions que ceux qui s'insurgent à juste titre contre l'esclavage qui fut une honte historique de l'Occident n'oublient pas qu'il existe encore et que le maître n'est plus forcément celui que l'on croit. La paille, la poutre, il faut se gratter l'oeil.

Evidemment, nous aimerions conseiller à chaque participant que l'interdiction n'est pas toujours la meilleure des solutions et que certains devraient oser le dialogue critique et raisonné pour évoluer, grandir, mûrir et parfois trouver une forme approfondie de sagesse.

Evidemment, nous aimerions comme tout un chacun défendre égoïstement notre pré-carré, ce qui ne serait pas forcément de notre part le signe d'un dialogue constructif.

Et évidemment, nous serons donc déçus quand le résultat diplomatico-mollasson sortira sa déclaration, juste au demeurant, qui dira que le racisme, c'est pas bien. Que la Palestine souffre. Que les gays ne doivent pas être tristes. Que l'Occident a fait une grave erreur autrefois. Que les femmes sont à l'égal de l'homme. Nous serons déçus car elle n'évoquera pas la chrétiens. Car les pays musulmans ne se lanceront pas encore sur le long chemin de l'ouverture spirituelle. Car le Proche-Orient sera toujours dans l'impasse. Car les occidentaux en resteront à des racismes simples et n'iront pas creuser dans les profondeurs de cette intolérance qui détruit le monde.

Toutefois si pendant quelques jours, un dialogue se sera construit, même petit, même minuscule, même particulaire, ce sera déjà ça.

Que certains états boycottent, c'est leur mode d'expression politique et leur devoir citoyen. Que le Vatican mouille la chemise, c'est sa vocation spirituelle. Que l'Europe se tâte en fonction des divergences internes, c'est son habitude.

Mais nous qui avons écouté l'Evangile de ce jour savons qu'après sa résurrection, Jésus a dit à des Apôtres craintifs : "la paix soit avec vous." Alors faisons-la.

Alors en cette année anniversaire de la création de la Motown, chantons Respect avec Aretha Franklin et oeuvrons pour la paix au quotidien.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Beniouioui 281 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine