Magazine

Hommage à PPF

Publié le 19 avril 2009 par Ladyblogue

Ppf

Quand j'étais étudiante en com', j'avais un prof génial. PPF. Je crois qu'on devait être 2 à l'aimer dans tout l'établissement tellement qu'c'était un homme à part. Faussement bougon, faussement inatteignable, piquant, exigeant... bref, c'était la bête noire de tous. Mais moi j'l'aimais bien. Je l'aimais beaucoup.

C'était mon prof d'expression écrite et visuelle. Il nous faisait faire un tas de trucs sympas, cogiter à des sujets qui, pour ma part, me faisaient cogiter bien plus loin qu'une simple réflexion d'un cadre scolaire. 

Fan de Gainsbourg, de ses mots, de sa poésie, de sa vie, du bonhomme, c'est dingue comme il pouvait lui ressembler. La cinquantaine, cheveux fins parsemés poivre et sel, avec beaucoup de sel ; barbe de trois jours blanche, une dégaine atypique pour un prof, la gouaille libre et provocatrice. Une sacoche PTT marron en guise de cartable. La clope au bec. Juif.

Les cours de PPF m'importaient, c'était ma respiration. Alors que les autres rêvaient de les sécher, moi,  j'avais hâte d'y aller. Et il le savait.
Il s'était établi une relation spéciale, très curieuse entre nous.
L'élève qui n'osait pas dire que ce prof l'emballait, et le prof qui n'osait pas dire sa reconnaissance.
On se comprenait.

J'avais d'excellentes notes, mon travail était toujours très apprécié même si je savais qu'il était plus exigeant avec moi qu'avec un autre.
Il attendait pourtant beaucoup de ses élèves, mais moi, il attendait la perfection. Il attendait la réflexion qui l'étonne, la dissert qui le faisait réfléchir, le travail qui lui justifiait son métier de prof.
On était devenu presque proche. Il nous est arrivé de rester des heures au téléphone pour parler d'un cours, d'un livre, d'une pub. Des conversations toujours hautes en couleurs, chacun provocant l'autre ; moi avec ma jeunesse et mes idées fougueuses et lui avec sa sagesse, son érudition et sa réflexion didactique.

PPF
Pierre-Pascal F.

Je ne sais pas ce qu'il est devenu.
La dernière fois que j'ai eu de ses nouvelles, c'était avec une carte postale. Il était à la montagne. Exerçait-il toujours ? Je sais que je n'avais pas eu un bon ressenti ; comme si quelque chose n'allait pas. Mais c'était pas l'genre à se confier, à dire que ca n'allait pas.

J'ai 35 ans. Quand je suivais ses cours, je devais avoir dans les 22-23 ans. J'sais plus trop. Y'a presque 15 ans.

J'ai tenté de le retrouver, d'avoir des nouvelles en tapant son nom sur Google, mais pas grand chose.


PPF.

PPF.
Je pense à vous.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ladyblogue 1538 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog