Magazine Nouvelles

Un bonheur insoupçonnable ~ Gila Lustiger

Publié le 20 avril 2009 par Clarabel

« Tu dois parvenir à trouver ta question. Chacun de nous a sûrement une question qui l'attend. »

un_bonheur

Plus que le texte, c'est l'esthétique du livre qui vaut le coup d'oeil : la couverture ravissante, les illustrations d'Emma Tissier, quasiment à toutes les pages... bref c'est un petit bonheur à feuilleter. L'histoire en elle-même est du tonneau 'roman philosophique' pour enfants sages et parents attentifs.
On y découvre au centre M. Grinberg, cinquante-huit ans, un peu corpulent, le front dégarni. Il vit seul, avec son chien Holstein. Il n'aime pas les enfants, mais les supporte. Tous les jours il se rend au parc pour lire son journal et rencontre un petit gars du quartier, Paul, qui s'est fait la malle. En fait le garçon est fâché, lui qui vénère sa grand-mère, avec qui il passe des heures à jouer au Petit Bac, il vient d'apprendre qu'un jour elle va partir au ciel, et cette fois ce n'est pas un mensonge (la grand-mère est une experte !).
Dans la vie de M. Grinberg, il y a aussi l'amour qui s'ignore, en la personne de Mirabella, sa femme de ménage depuis quatre ans. Un poignet foulé, des vacances en Italie, et les papillons grouillent dans le ventre.
Mais l'homme est lent à la détente, et n'est pas du genre à s'épancher, ni à se dévoiler. Comment la flèche de Cupidon pourra-t-elle atteindre sa cible ?
Doigs croisés, bouche en coeur, on devine l'issue de cette comptine doucereuse, charmante, légère comme une plume, qui plaira aux petits et aux grands. Dans cet ouvrage, les bambins ont également la part belle. En plus de Paul, on trouve aussi Mathilda, Lucas, Simon et Juliette. On l'ignore peut-être, ou on l'oublie trop vite, mais ça tourbillonne vite et souvent dans le ciboulot, d'où l'existence du fameux Livre des Questions ! On se le confie en douce, on se donne du coude, on cligne de l'oeil, on se comprend.
De cette lecture, je n'en retiendrai finalement pas grand-chose, même si j'ai pris grand plaisir à la parcourir. Depuis longtemps, je n'arrive pas à être sensible à la plume de Gila Lustiger. Encore une fois, cela s'est prouvé. Ce n'est pas que ce soit mal écrit, c'est juste que cela ne me touche pas. J'ai trouvé l'idée du roman agréable, l'ensemble original et drôle, mais je ne classe pas ce livre parmi mes favoris.

Stock, 2008 - 190 pages - 17€
traduit de l'allemand par Isabelle Liber
illustrations réalisées par Emma Tissier

J'aime beaucoup ce qu'en dit la quatrième de couverture :

Ce roman philosophique, truffé d'anecdotes, de notes, de maximes, de dogmes et de leurs contraires a pour sujets le bonheur, les oreilles décollées, Dieu, un mystérieux livre, l'éducation des chiens, la gourmandise, la mort, les règles du poker, les étrangers, la force de l'amitié et ce qu'on appelle, à tort ou à raison, « la magie de l'amour ».

Lu (dans mon bain) pour le prix de la révélation littéraire auFeminin.com   

logo
   


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clarabel 3993 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte