Magazine Santé

Soins dentaires et polluants chimiques multiples

Publié le 20 avril 2009 par Estelle36

soins dentaires et polluants chimiques multiples Le nombre de toxiques présents dans notre environnement explose depuis la seconde guerre mondiale. Dans le monde, la production annuelle de substances chimiques synthétiques a été multipliée par 200 entre 1930 et aujourd'hui. Sur les 18 millions de molécules répertoriées, seuls les effets toxiques de quelques milliers sont connus. Mais les plus nocives sont celles qui se glissent dans notre corps par le biais des soins dentaires et polluants chimiques multiples qu'ils contiennent.
Soins dentaires et polluants chimiques multiples :
la cuisine des labos


Polluants chimiques multiples au dehors
C'est aujourd'hui devenu un lieu commun que de dire à quel point la pollution est omniprésente. En 2004, une étude menée par le WWF (World Wildelife Fund)* a mesuré les taux de différents polluants chimiques toxiques chez 39 ministres de la santé et 14 ministres de la santé ou de l'Environnement de plusieurs pays européens. Tous étaient porteurs de substances reconnues toxiques à des doses significatives. On a retrouvé chez tous les députés treize résidus chimiques (phtalates et composés perfluorés) et chez les ministre 25 traces de produits chimiques : 1 retardateur de flamme, 2 pesticides et 22 PCB (biphényles polychlrorés). Aux États-Unis, le Center for Disease Control** a dosé 148 produits chimiques toxiques dans le sang et les urines d'Américains de tous âges.
Soins dentaires et polluants chimiques multiples au dedans
Aux substances toxiques qui polluent notre environnement, s'ajoutent celles qui colonisent insidieusement l'intérieur de notre organisme. À cet égard, la pollution chimique induite par les soins dentaires est particulièrement dangereuse car présente à demeure dans le corps. Et pourtant, soins dentaires et polluants chimiques multiples sont rarement évoqués par les lanceurs d'alerte.
À cela deux raisons. La première est que la dentisterie reste encore peu intégrée au monde médical et scientifique. Les médecins reçoivent une formation plus que réduite à ce sujet et la plupart des scientifiques ont des connaissances limitées en dentisterie, voire aucune. La seconde raison est que les dentistes eux-mêmes ne peuvent s'exprimer et dénoncer ouvertement les produits toxiques et dangereux employés en dentisterie car ils risqueraient d'être sanctionnés par l'Ordre des dentistes. C'est ainsi qu'il est très difficile de trouver une personne qui ait à la fois les connaissances nécessaires et sa liberté de parole(1).

Quels sont les polluants chimiques dentaires ?
Ils sont nombreux et le mercure des amalgames dentaires ou plombages, bien que très médiatisé, est l'arbre qui cache la forêt d'un grand nombre d'autres toxiques. Les plus insidieux sont sans conteste les produits chimiques qui se cachent dans les racines des dents dévitalisées (dents dont on a retiré le nerf). Les pansements ou pâtes à canaux placés à demeure dans les racines des dents dévitalisées contiennent un grand nombre de substances chimiques, à but anti-inflammatoire comme des dérivés de la cortisone ou désinfectant comme les dérivés formolés. Choisir avec soin le produit qui va rester pendant des années, et parfois à vie, dans nos dents ou dans nos mâchoires est un acte de prévention simple et peu coûteux. Et pourtant, qui se soucie lors de soins dentaires d'éviter les polluants chimiques multiples de l'arsenal de la dentisterie classique ? Chez les personnes atteintes d'hypersensibilité chimique multiple, les soins dentaires sont autant un casse-tête qu'un danger bien réel. Encore faut-il pouvoir s'informer pour choisir en toute connaissance de cause.
Polluants chimiques : question de doses
Les autorités sanitaires, madame la ministre de la santé et le comité scientifique européen en tête, ont beau nous répéter que les doses de toxiques (mercure et autres polluants) sont trop faibles pour induire des effets nocifs sur la santé, cet argument qui permet aujourd'hui de poser presque n'importe quoi en bouche n'est pas convainquant. Le professeur Belpomme, chargé de mission pour la mise en œuvre du Plan Cancer et professeur de cancérologie à l'université Paris-V, explique que "les facteurs cancérigènes n'agissent pas seulement par un effet d'accumulation chimique dans l'organisme, comme le font les toxiques habituels, mais par un effet de sommation biologique, chaque dose reçue, aussi faible soit-elle, pouvant être à l'origine d'un effet génotoxique irréversible, c'est à dire d'une mutation qui se perpétuera au cours des divisions cellulaires" (extrait de Ces maladies créées par l'homme aux éditions Albin Michel). Des travaux menés sur le
mercure à l'Université de Calgary ont montré sa toxicité à faibles doses.
Soins dentaires polluants chimiques et cancer

Il est très inquiétant de constater que de nombreux produits insérés aujourd'hui en bouche, du mercure aux pâtes formolées, en passant par les antibiotiques incorporés dans ces mêmes pâtes, sont connus et reconnus pour être des génotoxiques et des mutagènes avérés. Certes, ces produits ne vont pas à eux seuls déclencher un cancer mais ils contribuent à dégrader le terrain, notion phare en naturopathie et en médecine naturelle. En revanche, il n'y a aucun effet secondaire à se passer de ces produits toxiques pour lesquels des alternatives naturelles(2) existent, alternatives qui ne sont ni plus difficiles ni plus coûteuses à mettre en œuvre la plupart du temps.

(1) Auteur du Pratikadent, dictionnaire holistique de la biocompatibilité des soins, Estelle Vereeck a cessé d'exercer la chirurgie-dentaire pour pouvoir avoir sa liberté de parole vis à vis de l'Ordre des dentistes et informer sans détours ni périphrases.
(2) Ces alternatives naturelles sont exposées dans le Pratikadent. La liste des pâtes à canaux à éviter absuloment peut être obtenue en la demandant sur le site des éditions Luigi Castelli.
Références bibliographiques
* Campagne Detox du WWF (World Wildelife Fund) 2005
http://www.panda.org/what_we_do/policy/wwf_europe_environment/initiatives/chemicals/detox_campaign/
 ** Third National Report on Human Exposure to Environnemental Chemicals. Atlanta center for Disease Control and Prevention, 2005


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Estelle36 1669 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine