Magazine

Crapahut dominical

Publié le 19 avril 2009 par Irene
Crapahut dominical Crapahut dominical Pour une mise en jambe, c'est une mise en jambe. Premier jour de vacances, première balade matinale (disons… fin de matinale) et on est déjà mûrs pour Fort Boyard. Remballés, les coteaux ligériens. Place à la via ferrata avec Luc (tiens, ça me rappelle la chanson de Clarika) dans les vallées encaissées de l'Ardèche, où nous faisons une étape - comment dire ? - gastro-bucolique. Un torrent tumultueux que l'on traverse à gué, des chaos de rochers que l'on enjambe en s'aidant de cordes ou d'échelles. De jolies prairies pâturées pour respirer… où j'ai tout de même frôlé l'électrocution. La clôture m'a caressé la cuisse, le courant est si bien passé entre nous que je me suis allongée direct dans l'herbe, après un grand frisson dans la colonne vertébrale. Cela étant, au final, ça tenait plus du scarabée agonisant que de la scène érotique. Du 12 volts, c'est pas grand chose, rétorquerait-on chez EDF, mais je n'ai pas (encore) le gabarit d'une vache. A ce train-là, ça pourrait bien être le cas à la fin de la semaine, si on maintient le cap sur des repas aussi succulents. Comme je suis dans ma phase "première fois" (cf. les posts canadiens), hier soir, j'ai osé goûter des bouzigues (des huîtres de l'étang de Thau). Le village éponyme est classé Site remarquable du goût. Bien sûr, Ardèche oblige, il y avait des caillettes et du picodon. On a dû tester au bas mot six (excellents) vins différents, avec des cépages du coin qui changent du pineau d'Aunis et du chenin : mourvèdre, grenache… Rebelote ce midi, mais en terrasse, au bord de la piscine, où le soleil nous a contraints à nous affubler d'improbables couvre-chefs. J'ai même fait péter les bretelles et les lunettes de soleil. Après les bulles apéritives, on a arrosé le divin tajine de Skippy avec un rosé présidentiel, celui de Brégançon. Pour finir, on a bu du cornas (un pur syrah) avec un saint-félicien à point. A propos, il existe un cornas cousin de X Noir, qui s'appelle Pur noir. Jolie bouteille également. Du coup, Faustine roupille pendant que la clique se balade dans les vignes. Les vacances s'annoncent difficiles…
Photos : Cascades et piscines naturelles de la petite via ferrata pour Tourangeaux rouillés, avides de se dérouiller. Le savoureux dessert libanais de Skippy.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Irene 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog