Magazine France

Le roquet stipendié par l’UMP. Libération contre-attaque

Publié le 21 avril 2009 par Ps76

Alors que le porte-parole de L’UMP (Lefebvre) refuse de s’excuser, pire, qu’il persiste et signe en disant que le journal Libération s’était livré à “une manipulation pour nuire” à Sarkozy, le directeur du quotidien, Laurent Joffrin, réclame des excuses de l’Elysée qui a menti en l’accusant d’avoir dit des choses fausses.

libe-sarkozy ps76 76
Rappel, Lefebvre avait qualifié le quotidien de “tract” et estimait que journal, ça voulait dire déontologie et méthodes pour les journalistes.

Laurent Joffrin a rétorqué en demandant “les excuses” de Frédéric Lefebvre en niant l’idée que la déclaration du journal contribuait à abîmer l’image du pays et en définissant ce détracteur comme “un roquet stipendié par l’UMP, qui nous a insulté et qui ne l’emportera pas au paradis, je vous prie de le croire”.

La polémique qui enfle (en France et à l’étranger) a pour origine la publication, dans Libération, d’un article selon lequel Sarkozy aurait dit du président du gouvernement espagnol, Jose Luis Zapatero, qu’il n’est “peut-être pas très intelligent”.

Ces propos semblent démentis par l’Elysée qui a fait monter au créneau ses plus fidèles aboyeurs, tandis que d’autres, sous cape (attention on est en Sarkozie tout de même…) pensaient que “décidément, ce type nous fait honte…” mais jusqu’alors, Libération maintient ses informations.

Libération, en effet, maintient avoir dit des choses vraies”, a déclaré Laurent Joffrin sur France Info, “maintient intégralement ce qui a été écrit dès le premier jour. C’est-à-dire que Nicolas Sarkozy a, devant un certain nombre de députés, porté des jugements à l’emporte pièce sur un certain nombre des ses collègues” !

Jofrin ajoute : “Et nous maintenons également qu’il a bien prononcé, sur Jose Luis Zapatero, les mots que nous lui avons mis dans la bouche. (…) Simplement, il y a eu un malentendu, puisque la presse espagnole les a pris au premier degré.”

Sarkozy aurait effectivement dit, en réponse à Henri Emmanuelli (PS) et sur le ton de la boutade que Zapatero n’était peut-être pas très intelligent mais qu’il gagnait les élections, ce qui n’est pas le cas de certains en France. Il y visait en fait Jospin.

La question est  : Est-ce que Libération a écrit des choses fausses ? Non, nous n’avons pas écrit de chose fausse. (…) On a donné le contexte aussi…”, précise le patron du quotidien.

D’autant que ce qui a été rapporté a été confirmé par Kouchner et le député vert François de Rugy, qui était présent - et que nouvelobs.com a également interrogé - était la “source principale” de Libération.

En pays libre, voilà des barons autoritaires - pressés de faire oublier leur laxisme parlementaire… hadopi quand tu nous tiens… - qui font mine de ne pas accepter qu’on bouscule un peu le prince (malgré ce qu’il dit ou ce qu’il fait), et traitent de tract (pour ne pas oser dire “torchon”) un grand quotidien français.

On voit qui fait du tort à la France…

Libération soulève un autre point important : d’une part dès qu’on fait une critique, l’insulte du clan fait son oeuvre.. d’autre part, une grande partie des journaux, défendent Sarkozy sans même savoir ce qui s’est passé, par automatisme, car on prend souvent les démentis de l’Elysée pour une vérité révélée.

Le problème des libertés est bel et bien posé en France et le PS a sorti un livre qui le montre largement (La France en libertés surveillées…).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ps76 782 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte