Magazine Sport

Et un Cervélo !

Publié le 21 avril 2009 par Pascal Boutreau

Après un dimanche bien sympa au dada à Chantilly (merci Marie, Marlène et Clémence pour la compagnie), on attaque la dernière semaine de vacances avant de reprendre la route de façon quasi ininterrompue jusqu'à la fin de l'été. Parce qu'entre les reportages dadas (Pompadour, Fontainebleau, Aix-la-Chapelle, Windsor, ...), triathlon (Belfort, Madrid, Nice etc) ou encore "outdoor" (Merell oxygene challenge, 6000D, etc), je ne devrais pas avoir plus de deux ou trois week-ends de libre d'ici la fin de l'été. Mais bon, je ne vais pas non plus pleurer... En plus j'adore ça !

Allez, comme je suis de bon poil en ce moment (profitez-en), un petit "miam-miam fifilles" pour vous mesdames (je vous l'ai sucré depuis plusieurs semaines et j'ai reçu quelques protestations...). Je vous propose donc le perchiste Romain Mesnil qui a récemment fait parler de lui en se "vendant" sur ebay (en réalité en vendant des partenariats). A la fin des enchères, il a obtenu deux contrats pour un total de 20 000 euros (dont une partie pour une association). Cette opération a beaucoup fait parler puisque l'athlète sautait nu dans les rues de Paris. Mesdemoiselles, mesdames, si vous voulez profiter du spectacle, les clips sont visibles sur son site http://www.romain-mesnil.com/

................

Michaelsbbaum07kh_WCJ
En parlant de dada, sachez que Meredith Michaels-Beerbaum a remporté la finale de la Coupe du monde ce dimanche (merci à Equidia pour la retransmission). Voici quelques extraits de mon papier paru ce mardi dans L'Equipe.

JAMAIS peut-être Meredith Michaels-Beerbaum n’avait montré tant d’émotions. Au moment de quitter la piste de Las Vegas où elle venait de réaliser avec Shutterfly son quatrième sans-faute en autant de passages, la cavalière de trente-neuf ans n’a pu retenir des larmes. Des larmes qui allaient bien au-delà de son troisième succès dans cette compétition. « C’est sans doute ma plus belle victoire, témoigne-t-elle. La plus intense aussi car je n’avais pas droit à la moindre erreur. Et puis je pense beaucoup à mon père disparu il y a un mois. Je suis sûre qu’il me regardait de là-haut. »

En tête depuis la chasse de jeudi, cette épreuve au temps qui ouvre traditionnellement la finale de Coupe du monde, l’Américaine d’origine, étudiante de Princeton débarquée en Allemagne chez Paul Schockemöhle en 1991, puis naturalisée après son mariage avec Markus Beerbaum en 1998, a su gérer la pression.

Après la légendaire canadienne Ian Millar (vainqueur en 1988 et 1989 sur le crack Big Ben, neuf participations aux JO, quatorzième à Las Vegas, à 62 ans), le Néerlandais d’alors Jos Lansink (lauréat en 1994) et le Brésilien Rodrigo Pessoa, elle est la quatrième à remporter les trois épreuves de la finale. Meredith devance donc McLain Ward, lui aussi sans faute sur l’ensemble et qui regrettera longtemps les deux secondes fatales concédées en ouverture : « Deux secondes en trois jours de compétition, ça fait peu. Mais c’est ça le haut niveau. Et puis Meredith et Shutterfly sont le plus grand couple de l’équitation. »

Une fois de plus, Shutterfly, exceptionnel hongre hanovrien de seize ans, qui a déjà offert tant de succès à sa cavalière, championne d’Europe individuelle notamment, réussit une démonstration. Étonnant destin pour ce cheval ultrasensible (il ne supporte pas le bruit et l’agitation des remises de prix et est donc remplacé par une « doublure » pour toutes les cérémonies), acheté contre l’avis de beaucoup par Michaels-Beerbaum il y a onze ans et qu’elle tenta ensuite de revendre en vain. « Shutterfly et moi formons désormais un vieux couple, explique l’Allemande, actuelle numéro 1 mondiale (elle fut la première cavalière à occuper ce rang en avril 2005). Je perçois parfaitement tout ce qu’il veut me dire. Avant l’épreuve, j’ai par exemple compris qu’il ne voulait pas trop sauter à l’échauffement. Je le monterai aussi longtemps qu’il y prendra du plaisir. Et le jour où il me dira que ça ne l’amuse plus, il prendra sa retraite chez moi. »

..............................

090411-bompastor-quinn
Un mot de foot au féminin pour vous signaler que deux Bleues ont attaqué la saison dans la nouvelle Ligue américaine. Il y a quelques années, l'attaquante Marinette Pichon et Steph Mugneret-Beghé avaient traversé l'Atlantique pour vivre leur rêve américain. A Philadelphie, Marinette avait fait un malheur étant notamment nommée MVP du Championnat. Puis la Ligue (WUSA), qui vivait sans doute au-dessus de ses moyens, a fait faillite et tout le monde est rentré à  la maison. Les Amerloques ont remis ça avec cette fois la WPS (Women's Professional soccer).

090405-osborne-todd-615
Il n'y a plus cette fois que sept équipes mais toujours les meilleures joueuses. Parmi elles, Sonia Bompastor et Camille Abily. Captain Soso évolue au Washington Freedom avec l'attaquante Amy Wambach (99 buts en 127 sélections US). Camille, elle, joue au Sol Los Angeles, victorieux de ses trois premiers matches et qui compte dans ses rangs la Brésilienne Marta, élue meilleure joueuse du monde depuis trois ans, ainsi qu'Aly Wagner (ancienne Lyonnaise, 131 sélections US) ou encore Shannon Boxx (114 sélections US, double championne olympique). J'essaierai de vous tenir régulièrement au courant. Renseignements sur : www.womensprosoccer.com

..................

Le-caire-site
Une petite news pour Laeti. En pentathlon moderne, Amélie Cazé, notre double championne du monde, a terminé troisième de la Coupe du monde qui se disputait le week-end dernier au Caire. Il s'agit de son second podium de la saison après une autre troisième place à Mexico. Impériale après trois épreuves, la jolie Amélie a ensuite dû céder dans le dernier effort (15e place pour Juliette Darras). Pour les quelques lecteurs qui se passionnent pour le penta (suis pas sûr qu'on en parle sur beaucoup d'autres blogs), sachez que les règles ont quelque peu évolué cette saison. L'idée étant bien sûr de rendre la discipline plus spectaculaire voire télégénique (là, faut pas rêver non plus, TF1 ne va pas tout de suite se précipiter sur les droits...). Désormais, le tir et le cross sont associés, façon biathlon. Après l'escrime, la natation et le saut d'obstacles, les concurrents effectuent un cross de 3000 entrecoupé de trois arrêts au stade de tir où ils doivent descendre cinq cibles avant de pouvoir repartir. Plutôt spectaculaire comme vous pouvez le voir sur une tite vidéo sur le site de la fédé internationale www.pentathlon.org.

Photo extraite du tout nouveau site de la fédé française (www.ffpentathlon.fr) avec de gauche à droite Amélie, Juliette Darras et Christian Roudaut, leur entraîneur)

..............................................

Im2_s2_shimano
Triathlon123
On poursuit la reprise. Les sensations ne sont pas encore au top mais ça progresse. Le beau temps annoncé dans les jours à venir devrait me permettre de faire quelques bornes de vélo. Ce devrait être la dernière semaine de mon Cannondale, acquis en 2003 lors de ma première campagne niçoise (format LD à l'époque). Eh oui, j'ai craqué. D'ici quelques jours, je devrais récupérer mon tout nouveau vélo chez monsieur CRC Cycles à Vanves.

Me voilà à mon tour dans le clan Cervelo. Après avoir longtemps opté pour le Kuota Kom, j'ai fini par me décider sur un coup de tête pour la marque canadienne (et non québécoise comme indiqué précédémment par erreur). Pas de vélo chrono genre P2C ou P3C trop spécifique à mon goût, mais le Soloist carbon S2, équipé en Ultegra SL compac avec des Mavic Cosmic carbone SL. J'abandonne donc mon vieux triple plateau qui m'a permis de passer quelques cols. L'objectif étant Barcelone et un parcours très plat, cette formule ne devrait pas être trop mal pour un cycliste très moyen de mon genre. L'idée serait de faire d'ici octobre autour de 3000 bornes (débutant complet, j'avais fait Nice version Col de Vence avec moins de 2500 ; deux ans plus tard avec arrêt complet d'un an et grosse reprise de poids, idem pour Roth ; plus de 4000 en revanche l'an dernier pour Nice version Ironman). Si le bitume de la vallée de Chevreuse fume autant que ma carte bancaire, ça va faire mal !

Lundi

Course à pied : 1h15' (footing)

Rythme pas trop élevé mais sensations meilleures que lors de la dernière sortie... Y a encore du boulot....


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 6499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine