Magazine Société

Voici venu le temps des « non-Blancs » ! (Le Figaro)

Publié le 21 avril 2009 par François-Xavier Ajavon
Voici venu le temps des « non-Blancs » ! (Le Figaro) Voici une tribune publiée dans Le Figaro du mardi 21 avril. Après l'installation de la commission médias et diversité, j'examine, avec une douteuse bienveillance, la notion d'individus « non-Blancs » qui émerge dans les débats sur la diversité. Comme le journal n'a pas repris le texte de cet article sur son site web, le voici.


Voici venu le temps des « non-Blancs » ! (Le Figaro)

Il est amusant d'observer, jour après jour, la novlangue moderne s'enrichir de concepts nouveaux. La notion d'individu « non blanc » semble émerger depuis quelque temps pour désigner - en creux - toutes les personnes dont la carnation s'éloigne du blanc pur et dur, et insolent, de la race aryenne, ou limousine. Concept profitable, évitant aux militants des statistiques ethniques (dans le cadre de la mesure de la diversité dans les médias, par exemple) de s'aventurer sur le terrain boueux du comptage, du compartimentage, et du listage nominatif des Noirs, Arabes, Asiatiques,  etc.
La commission médias et diversité, présidée par Bernard Spitz, a été installée vendredi dernier par Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité et à l'Égalité des chances. Cette commission - peuplée de grands esprits humanistes - doit rendre des recommandations visant à « rendre la diversité plus visible dans les médias ». La diversité étant naturellement caractérisée par l'émergence et la multiplication du « non-Blanc » dans les écrans. Cette notion a fait surface dans une récente étude publiée par l'Observatoire de la diversité dans les médias du CSA, présidé par l'ancien journaliste Rachid Arhab, nous apprenant que la place des « non-Blancs » à l'antenne est encore « trop faible », avec seulement 14 % d'individus (dont 8 % de Noirs) visibles sur le petit écran. C'est dans cette perspective que Yazid Sabeg compte trouver des leviers de croissance au « non-Blanc » médiatique. Et que, par la même occasion, il s'apprête à effacer totalement les identités entre Noirs, Arabes, Asiatiques,  etc. Identités disparates trouvant une effrayante unité de ton dans cette opposition artificielle au « Blanc », ogre chromatique.
Mais le « non-Blanc » est avant tout un grand progrès de la novlangue moderne. Un pas immense avait été déjà franchi, il y a quelques décennies de cela, lorsque le non-voyant avait remplacé l'aveugle. L'aveugle était un être diminué ; le non-voyant est, désormais, assez généralement un chanteur de variété du type Gilbert Montagné ou Stevie Wonder. Dans le même esprit, le nain - cette personne chétive que l'on exhibait jadis dans des cirques - s'est avantageusement métamorphosé en personne de petite taille, qui ressemble souvent, à présent, à Mimie Mathie et trouve la principale source de ses revenus en jouant dans des feuilletons télé.
D'autres exemples de cette novlangue sont connus... Les sans-domicile fixe ont chassé les clochards des centres de nos villes, et tandis que les plus démunis prenaient le pouvoir sur les pauvres, les plus aisés détrônaient les riches. Ces glissements ayant toujours pour but d'« euphémiser » au maximum les discours. De rendre acceptable la différence ou la fracture sociale. Le « non-Blanc » s'inscrit-il dans cette perspective de lissage à l'extrême des discours ? Assurément, mais pas seulement.
Pour le CSA et son Observatoire de la diversité dans les médias, le « non-Blanc » est avant tout un impératif technique. La loi française n'autorisant pas les statistiques ethniques, il n'était pas légalement possible pour cet observatoire de proposer un comptage précis - et organisé en types ethniques (je n'ai pas dit race !). C'est opportunément dans le contexte obamaniaque de l'élection à la Maison-Blanche que le CSA a tapé du poing sur la table à propos de l'attristante absence des « non-Blancs » à la télévision. Le Conseil demandait alors que les chaînes fassent des efforts pour qu'il y ait davantage de « personnes vues comme noires », « personnes vues comme arabes » et « personnes vues comme asiatiques » sur les écrans. Angoissantes périphrases. Impossible, en France, de parler de Noirs, d'Arabes ou d'Asiatiques... Notant la domination indiscutable des « Blancs », Alain Méar, membre de cet observatoire, tempêtait majestueusement « des chiffres accablants dans la perspective de la nouvelle donne Obama ». Car oui, la France vit au rythme des États-Unis... Et si un roux était arrivé à la Maison-Blanche, il eût été logique que le CSA appelle à la visibilité du cheveu rouge. Bref, le CSA, ne pouvant faire un comptage ethnique, s'est contenté de réunir des « personnes vues » au sein du groupe « non blanc ».
Le fameux concept a été repris par l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ex-BVP) il y a quelques mois dans une étude sur la diversité dans la pub. Son constat est proche de celui du CSA : les minorités dans la vraie vie sont minoritaires sur les écrans. Moins cuistre que le CSA, l'Autorité de régulation de la publicité reconnaissait la subjectivité et les limites de sa méthode de comptage des « non-Blancs ». Difficile de traquer le « non-Blanc » dans la jungle de la pub, et de nuit sous la pluie ! D'autant que les vaillants veilleurs de la diversité ont pris le soin de distinguer la bonne mise en scène publicitaire du « non-Blanc » - lorsque l'Arabe ou le Noir est chef d'entreprise ou cadre dynamique - de la mauvaise - où il est rappeur ou joueur de foot...
La grande hypocrisie de ces discours appelant timidement à davantage de « non-blancheur » est qu'ils reposent sur l'argument que les médias devraient plus ressembler au « monde réel ». Seulement, voilà... il n'y a pas de statistiques ethniques non plus sur le « monde réel ». Pas de fichiers de Blacks ou d'Asiatiques. Hors de question dans la République française une et indivisible ! Dès lors, ces appels à la diversité reposent surtout sur de bons sentiments moraux et la secrète volonté politique que ces « minorités » commencent à prendre le dessus dans les médias. Car, il faut le dire, au fond de ces discours, le « non-Blanc » est quand même le « damné de la terre », l'éternel opprimé, l'immigré, le sans-papiers, la lourde victime de l'infâme histoire de la colonisation,  etc. Tandis que le « Blanc », drapé dans toute la suffisance de sa domination médiatique, poursuit dans les écrans son millénaire travail d'oppression de tout ce qui lui est différent.
Ainsi, au-delà de l'expression cocasse enrichissant le dictionnaire de novlangue, pointe une intention plus obscure, non dite, reposant encore et toujours sur la culpabilisation de l'Occident. Qui travaille à poursuivre méthodiquement l'oppression des « non-Blancs » jusque dans ses médias. Alors gageons que la commission Sabeg accouche de quelques recommandations qui auront la faculté de tout changer pour ces « non-Blancs » qui peuplent la France réelle. Celle dont les médias ne savent pas encore rendre compte et à qui on va bientôt expliquer comment faire.

*

*   *

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


François-Xavier Ajavon 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine