Magazine Caricatures

Mexicochons

Publié le 28 avril 2009 par Jacques Chirac

grippe_porcineMes Chers Compatriotes et Chers Goret(te)s,

Les élections européennes approchent et il faut bien détourner votre attention afin que vous votiez dur, que vous votiez mou, mais que vous votiez dans le trou, sans vous souvenir de toutes les calembredaines et billevesées qu'on a déversé dans vos oreilles velues attentives lors des précédentes campagnes.

Alors, comment faire ? Les divorces, mariages, grosses grossesses et autres phénomènes de la Cour Élyséenne sont encore trop frais dans vos mémoires pour avoir une chance de succès acceptable. Le bug de l'an 2000 ? On vous a déjà truandés sollicités à ce sujet, et - de toute façon - il est trop tard. La grippe aviaire ? Sujet épuisé, et les canards menacent de faire grève avec occupation de élevages et prise en otage du nabu paysan local.

Bon ! Qu'est-ce qu'on fait ? On vous laisse ouvrir les yeux ? Comment dites-vous ? Non ? Bien ce qui me semblait... Rassurez-vous, vous n'allez pas être obligés de regarder la vérité en face, ça vous serait fatal. Donc, tout est prévu. Souvenez-vous... Le dernier voyage Nicocarlesque a eu lieu au... au... (cherchez un peu, rrrhhhââ...) au Mexique, oui ! bravo ! Et qu'est-ce qu'il y a au Mexique, bande de sombres héros ? Des cochons grippés, parfaitement !

Alors... vous me connaissez... je ne suis pas du genre à dire du mal du petit gros qui se prend pour moi, mais ça tombe bien quand même... Le premier cas identifié et certifié de grippe cochonne en Europe a été en... en Espagne ! voui, voui, voui ! Et où qu'est-y Nico, ces temps ? Je ne vous le fais pas dire (vous voyez, quand vous voulez...). Il m'a d'ailleurs semblé que José-Luis (de Provence) - bien qu'il ne soit pas très intelligent (Nicolas dixit, et il sait de quoi il parle, on est à la limite du délit d'initié) - José de Provence - donc - toussait avec conviction pendant la conf' eud'presse.

Mais nous aurons l'occasion dans les jours qui viennent de reparler des gorets grippés, des discours de Nicolas et du prétendu réchauffement climatique qui nous garantira des Ibères moins rudes.

Pour l'instant, l'essentiel est de garder un esprit sain (Spiritus Sanus) dans un porcin corps sain. Et qui vivra verrat.

Bien à vous,

Jacques


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jacques Chirac 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte