Magazine

Pusatéri met la mairie à l’amende

Publié le 28 avril 2009 par Bordeaux7
Pusatéri met la mairie à l’amende
Une fois de plus, le président de l’Association des riverains et résidents de Bordeaux pointe du doigt la politique de stationnement de la ville.
Comme chaque année depuis quatre ans, l’Association des riverains et résidents de Bordeaux livre les conclusions de son enquête sur les données du stationnement à Bordeaux. «L’étude est réalisée à partir des données brutes fournies par la ville de Bordeaux», souligne Stéphane Pusatéri, le président de l’association. Un bilan qui permet selon lui de dénoncer «l’incohérence de la politique de stationnement de la ville». Les recettes de stationnement ont augmenté de 14% entre 2007 et 2008 avec un niveau de 2,44 M€ contre 2,13 M€ et avec un nombre identique de places de stationnement (5 200 places). On est toutefois en deçà du chiffre record de 1992 qui se situait à 2,65 M€», assure-t-il. «Quant au nombre de fourrières et de PV, il est en net recul, de même que le nombre d’agents verbalisateurs et de policiers». Et alors que l’on s’attend naturellement à ce que le président des riverains se réjouisse de ces résultats, il n’en est rien. «Si on met en place une politique de stationnement en ville, c’est justement pour qu’il y ait une rotation importante des véhicules. Si on ne met pas de PV, les gens ne tournent pas et ce n’est pas bon pour le commerce de proximité». Cette politique explique selon lui que le pourcentage des recettes recueillies représente seulement 9% des recettes potentielles. «La ville de Bordeaux est en sous effectif par rapport à bien des villes, comme Nice. Ainsi, la recette moyenne pour une place de stationnement par jour est de 1,71 euros contre 18 euros de recette potentielle». Un discours qui n’est pas très populaire en ces temps de crise mais Stéphane Pusatéri semble ne pas se soucier de sa côte de popularité. «Je demande un minimum, pas un Etat totalitaire, mais aujourd’hui il n’y a pas de policiers le soir, le dimanche et pendant les vacances. Il y a pourtant de nombreux cas où des véhicules mal stationnés empêchent l’arrivée des secours en cas d’incendie». De son côté, Alain Juppé semble blasé par les nombreuses revendications du représentant associatif. «Je ne souhaite pas réagir aux innombrables messages adressés par Mr Pusatéri aux services de la mairie, d’autant plus qu’il n’est à Bordeaux que le week-end. Parfois, l’excès nuit.»
Stella Dubourg

Evolution des fourrières et PV
En 2008, le nombre de fourrières a baissé de manière sensible pour atteindre 10 152 enlèvements, soit 8,21% de moins qu’en 2007. «On est loin toutefois du chiffre de 2004 avec 13 959 fourrières. Le nombre de fourrières par jour et par agent est de 1,34 en 2008 contre 6,66 par jour en 2002. C’est dire la marge de manoeuvre», souligne Stéphane Pusatéri. Quant au nombre de PV, il est passé de 138 476 en 2007 à 135 264 en 2008 soit une baisse de 3,02%. «Là encore, on est loin du chiffre record de l’année 2000 avec 177 910 PV. Le nombre de PV est passé de 29,41 par jour en 2002 à 17,89 en 2008».éà’

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog