Magazine

Durban II : Une conférence pour rien?

Publié le 21 avril 2009 par Jotake
"Durban II" était attendue autant que redoutée. Après le fiasco de la Conférence internationale contre le racisme de 2001, en Afrique du sud, il y avait des raisons de craindre ce nouveau sommet, qui se tient en ce moment à Genève.
On apercevait pourtant quelques lueurs d'espoir. D'abord parce le document soummis à débats était pour le moins consensuel. La première mouture, déposée par certains membres de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI), épaisse de plus de 80 pages, avait effrayé les occidentaux, qui tapèrent du poing sur la table : pas question de venir en Suisse sur la base d'un tel texte. La notion de "diffamation des religions", qui revient de façon récurrente lors des discussions au sein du Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies, était à nouveau inscrite à l'ordre du jour. Tout comme la stigmatisation d'Israël, mais en ommetant d'évoquer, entre autre, le sort des homosexuels dans certains pays islamiques.
A la mi-mars, le document est retouché. Amputé, serait plus exact. 17 pages, autant dire qu'il n'y avait presque plus rien à se mettre sous la dent pour les diplomates. Ce qui arrangeait bien les Européens et les Américains, eux qui souhaitaient avoir tout négocier avant le début de la conférence, pour ne pas rééditer le désastre de "Durban I". Exit la diffamation des religions, la mention d'Israël, mais aucun rajout sur les conditions de nombreuses minorités à travers le monde (Tibétains, minorités sexuelles, etc..).
D'un autre côté, la tournure que prennent nombre de conversations au sein du Conseil des Droits de l'Homme ne laissait guère espérer de miracles. Les jeux d'alliances et les manoeuvres entre Etats allaient, pour sûr, reprendre lors du sommet. Pourquoi en serait-il autrement, alors que le Conseil en est à l'initiative?
Après une journée de conférence, les faits sont là : boycottages de pays nord-américains et européens : Etats-Unis, Canada, Italie, Pays-Bas... Discours aux relents anti-israéliens de la part du président iranien, venu galvaniser son électorat avant l'élection présidentielle de cet été. Des participants offusqués, des départs précipités.
Au regard de la maigreur du texte en débat actuellement, et des dérapages qui se multiplient, "Durban II" peut-il accoucher de quelques avancées que ce soit?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jotake 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog