Magazine Focus Emploi

Green IT, vert et rentable, par Gilles Lancrey

Publié le 29 avril 2009 par Jérémy Dumont

Greenit
Crise oblige, la réduction des coûts redevient une préoccupation majeure, à laquelle les technologies vertes vont pouvoir apporter une réponse écolo qu’on appelle dans le jargon high-tech : Green IT. Le concept repose sur une double approche : comment les entreprises techno peuvent réduire leur consommation et leurs déchets, et comment l’innovation high-tech peut aider toutes les boîtes à le réaliser.
Deux bonnes raisons pour se convertir au Green IT : d’abord l’augmentation des coûts de l’énergie qui plaide pour une utilisation raisonnée des ressources – par exemple renoncer au principe de serveurs informatiques toujours en marche, quelle que soit la charge, pour passer à un système qui s’adapte à la demande. Ensuite la prise de conscience de l’opinion qui transforme la réputation écologique d’une entreprise en donnée stratégique. On l’a vu début décembre, lorsque la presse s’est enflammée contre Nintendo que Greenpeace avait noté médiocrement.

De même, un rapport du cabinet Gartner sur 24 acteurs majeurs de l’industrie technologique cloue au pilori Microsoft ou Oracle, après avoir délivré un satisfecit à IBM, Fujitsu et HP. Des réactions qui iront vraisemblablement en s’intensifiant dans l’avenir.


Une Consommation d’électricité peu évaluée

La tendance verte n’est pas neuve : l’idée d’une entreprise éco-responsable remonte à plus de trente ans, lorsque les théoriciens du management ont constaté que les polluants et les déchets représentaient une charge non productive. Joel Makower, auteur de « Strategies for the Green Economy »* cite l’exemple de 3M : « Le fabricant des Post-It a mis en place dès 1970 un programme de prévention de la pollution qui continue à ce jour et lui a permis d’économiser des milliards de dollars. »

Aujourd’hui, une certaine confusion entoure le thème du Green IT. Résultat, les sociétés sont souvent hésitantes à s’engager, parce qu’elles ont du mal à identifier les opportunités. Selon une étude du cabinet IDC, réalisée en juillet dernier avec Dell auprès de 459 directeurs IT de grandes entreprises européennes, seules 35 % des entreprises disposent déjà d’une stratégie verte, tandis que 31 % avouent ignorer le montant d’électricité consommé par leurs datacenters. Idem selon l’étude menée en novembre par Extreme Networks et Data Integration, qui indique que 20 % des boîtes seulement évaluent la consommation électrique de leurs équipements informatiques.

La facture énergétique peut être améliorée

Nicolas Sekkaki, directeur général d’IBM Global Technology Services, explique que « dans neuf cas sur dix, le budget consommation électrique des parcs de serveurs n’est pas géré par la direction des systèmes d’informations. C’est comme si vous étiez gestionnaire d’une flotte de véhicules mais que vous n’ayez pas la main sur les approvisionnements en carburants. »

Pourtant, la facture énergé-tique constitue le premier poste susceptible d’être amélioré par une démarche verte, grâce à des optimisations bien pensées. « Le nombre d’ordinateurs a été multiplié par six en dix ans et la puissance des machines a augmenté. L’augmentation de la densité provoque un dégagement de chaleur important, qu’on cherche à combattre. Résultat, l’électricité d’un datacenter est consacrée pour 55 % au refroidissement, alors que moins de 3 % servent à alimenter les processeurs... pour un taux d’utilisation moyen des serveurs de l’ordre de 20 % ! », estime Nicolas Sekkaki qui ajoute que « les datacenters sont des bâtiments qui consomment entre 15 et 100 fois plus qu’une tour de bureaux normale. Cela représente 2 % de la consommation mondiale d’électricité, des factures énormes. Si on traduit en équivalent carbone, l’outil informatique émet autant de CO2 que l’ensemble des compagnies aériennes mondiales ! »

IBM propose un diagnostic complet des datacenters de ses clients, afin d’optimiser leurs performances, mais revendique une approche encore plus globale. « IBM n’est pas là pour faire du marketing. Le Green IT, ce n’est pas seulement optimiser sa consommation, c’est aussi se demander comment on contribue à améliorer la performance des autres industries. Pas besoin d’attendre 2012 : les solutions existent, il faut les prendre à bras-le corps. »

Deux cas viennent appuyer cette idée, celui de la gestion automobile de la ville de Stockholm par une série de solutions IT qui ont permis de réduire les émissions de CO2 de 40 % après quinze jours d’installation. Casino, bientôt suivi par d’autres grandes surfaces, a lancé l’étiquette verte qui informe le consommateur sur l’impact écologique des produits.

Des notes vertes pour l’IT

Cette approche plus large du Green IT est également défendue par l’organisation écologique Greenpeace, qui s’est dotée dès 2006 d’un indicateur trimestriel salué par les professionnels. Le « Guide pour une Électronique Verte » évalue les performances de 15 grandes entreprises de l’IT qui fabriquent des produits grand public, selon des critères classés en trois thèmes : économies d’énergie, absence de matériaux toxiques, et gestion des produits en fin de vie.

Dans la dixième édition sortie fin novembre 2008, Nokia, Toshiba ou Sony Ericsson tirent leur épingle du jeu avec des notes allant de 5,9 à 6,9 sur 10 tandis que Microsoft (2,8) et Nintendo (0,8 !) figurent en bas de classement. 50 % des entreprises obtient ainsi une note inférieure à la moyenne. Martin Bésieux, chargé de campagne chez Greenpeace, explique que « les entreprises de l’électronique n’ont pas le choix : elles doivent passer au Green marketing. C’est un secteur qui bouge considérablement que ce soit sur l’aspect énergie ou sur l’aspect toxicité des produits, on le voit au cours de nos éditions successives. Notre classement impacte l’attitude des professionnels : lors d’une conférence à Shanghai, les fabricants ont déclaré être prêts à aller au-delà des normes européennes. Autre exemple, une société comme Asus, qui ne figure pas encore dans nos 18 « leaders du marché », a annoncé qu’elle aurait totalement éliminé le PVC et le brome de ses produits à fin 2009 ».

Pour Greenpeace, le Green IT est donc un levier qui va provoquer une prise de conscience dans les autres industries. Et cela, c’est tout au bénéfice des sociétés : « La responsabilité sociale de l’entreprise ouvre des profits potentiels. Le consommateur sera de plus en plus exigeant, et fera des choix en faveur des entreprises responsables. Ce qui aura nécessairement des répercussions sur le marché. »

Certaines ont déjà compris la leçon, comme l’éditeur SAP de logiciels qui vient de publier les chiffres de son empreinte écologique : 400 000 tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère, dont 70 % pour les déplacements – et qui s’engage à les réduire avec des objectifs chiffrés. Un exemple à suivre.

L'article complet sur Newzy.fr

Auteur : Gilles Lancrey
Source : NEWZY
Publié par : Nicolas Marronnier
Publié sur : le vide poches / expression


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Interview de Gilles Toulemonde

    Gilles Toulemonde est le PDG-Fondateur de I-Nova, qui accompagne le programme CPI avec leur solution de gestion de projets innovants I-NovaSuite. Retrouvez son... Lire la suite

    Par  Programme_cpi
    FOCUS EMPLOI
  • Green peace

    mise sur lbuzz pour la bonne cause.A Copenhague, faites entendre votre voix !Pas mal cette vidéo et bravo pour la Lire la suite

    Par  Recrrr
    MARKETING & PUBLICITÉ
  • Green Autobahn

    Un petit clin d'oeil au morceau Autobahn du groupe d'electropop Kraftwerk avec cette photographie qui redonne un peu de couleurs au site qui séjournait depuis... Lire la suite

    Par  Tielkric
    PHOTOS, TALENTS
  • Love IT !!

    On ne peut pas encore le trouver en France .. mais s'il existe pour femmes chez nous .. il existe apparemment pour hommes en Italie !! .. Lire la suite

    Par  Frédérique Barteau
    AUTO/MOTO, CONSO
  • L'éco interview d'Olivier Seznec - Responsable Green IT chez Cisco

    On en parle beaucoup, nombre de conférences et de tables rondes sont organisées sur le sujet, mais le Green IT reste un sujet qui concerne essentiellement les... Lire la suite

    Par  Greg Catel
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Fizz-it

    Est ce que vous connaissez fizz-it? Il s'agit d'un blog assez récent qui démarre très fort! Au programme, actu jeux-vidéo, actu design, actu high tech et actu... Lire la suite

    Par  Méven Cadare
    A CLASSER
  • Sidney Crosby et … Gilles Villemure

    Il nous reste moins d’un mois à New York. Parce qu’on sait qu’on va s’ennuyer du hockey de la ligue nationale, on a décidé d’aller voir la partie Pittsburgh -... Lire la suite

    Par  Max
    A CLASSER

LES COMMENTAIRES (2)

Par Fred Bordage
posté le 30 septembre à 11:37
Signaler un abus

Vous n'insistez pas assez sur le potentiel des TIC à réduire les émissions de GES (gaz à effet de serre) des autres secteurs d'activité. Selon le rapport Smart 2020, les TIC peuvent réduire de 15 à 20% ces GES d'ici 2020.

Par Fred Bordage
posté le 30 septembre à 11:36
Signaler un abus

Vous n'insistez pas assez sur le potentiel des TIC à réduire les émissions de GES (gaz à effet de serre) des autres secteurs d'activité. Selon le rapport Smart 2020, les TIC peuvent réduire de 15 à 20% ces GES d'ici 2020.

A propos de l’auteur


Jérémy Dumont 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte