Magazine France

Dati : campagne électorale et Ministère

Publié le 14 mai 2009 par Ps76

guigou dati ps76 76 source http://www.lefigaro.frL’actuelle Ministre de la Justice, Mme Dati, diffuse ses communiqués de réponses à ses adversaires politiques via le système Intranet du Ministère.

Cocasse, certes mais surtout navrant. Après ses balbutiements montrant que l’Europe lui a avait imposée (elle ne savait répondre à rien sur les questions européennes et pire, montrait qu’elle s’en fichait…), après ses déboires avec presque tout ce que compte la Justice en terme de métiers… la candidate Dati (UMP - Union du Mini-Plan) se mêle encore une fois les pinceaux…

Elle répond aux critiques d’une adversaire politique par des communiqués à en-tête du Ministère, ce qui a suscité les plus vives protestations des deux principaux syndicats de magistrats.

En effet, ceux-ci (l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) et le Syndicat de la magistrature (SM, gauche)) se disent étonnés que ces déclarations aient notamment été diffusées sur l’intranet du système judiciaire.

Rappelons qu’il est formellement réservé à des messages de service ou relatif au fonctionnement.

Outrée par de telles pratiques, l’USM rappelle d’ailleurs à la candidate Dati (qui l’exliquera à la Ministre Dati), que, si elle est candidate aux élections européennes, elle n’en demeure pas moins garde des Sceaux.

Or, à ce titre, elle se doit de respecter les règles déontologiques qui s’imposent aux fonctionnaires et magistrats, dit le communiqué du syndicat majoritaire.

La présidente du SM y voit jusqu’à la preuve d’une “confiscation de l’appareil d’Etat” par la Majorité et cela n’est pas sans poser le problème de l’impartialité de l’Etat…

Les deux communiqués diffusés par le ministre de la Justice, candidate aux européennes en Ile-de-France, visaient Elisabeth Guigou, ex-ministre de la Justice socialiste.

Les deux communiqués sont en limite de l’insulte et ils ont été publié à moins d’une heure et demie d’intervalle affichés sur le site officiel du ministère de la justice au point qu’on a évoqué la Ministre “hacker” qui fait des siennes ou le Garde des Sceaux qui est en train de péter un câble en direct…

Il est vrai que la semaine d’avant - devant l’Assemblée nationale - Dati avait osé proférer deux mensonges.

Elle avait prétendu que sous les gouvernements socialistes, aucun programme de construction de prison n’avait été entrepris. C’est faux. Sous le gouvernement Jospin, un programme de construction de six nouveaux établissements avait eu lieu (…) Et c’est la droite qui avait gelé le projet de réhabilitation des grandes maisons d’arrêt

Elle avait aussi affirmé que la surpopulation pénitentiaire avait toujours existé, ce qui est également faux. La population carcérale a diminué sous le gouvernement Jospin, en passant de 55 284 détenus en 1997 à 47 682 en 2001, pour 50 000 places disponibles.

C’est ainsi qu’Elisabeth Guigou en était venu a dénoncer l’arrogance avec laquelle Madame Dati répète ses mensonges et qui témoigne de son mépris de l’Assemblée Nationale, qui montre à quel point elle est à court d’arguments pour masquer ses propres échecs. Candidate aux élections européennes et numéro 2 sur la liste UMP en Ile-de-France, Rachida Dati dit vouloir suspendre l’application des règles pénitentiaires européennes ! Cette décision montre le dédain de Madame Dati pour le Parlement de l’Union Européenne où elle ambitionne pourtant de siéger. D’autant que cette décision va encore aggraver la situation dans les prisons.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ps76 782 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte