Magazine

Les vers à soie de Théo

Publié le 17 mai 2009 par Cetaitdemainorg
Les vers à soie de Théo Théo Dupisson joue de l'accordéon avec une légèreté chagallienne. Il s'envole sur le toit du monde et observe, un peu narquois, le duel perdu d'avance du sens et du non sens. C'est que Théo est surtout philosophe. Il se demande quelle unité pourrait bien se trouver dans le chaos afin "que la vie soit un séjour humain". Pareil au ver à soie, il tisse toutes sortes de liens entre matière et esprit, ceux qui, peut-être, constitueront "la table où déposer autre chose que ce qui traîne autour". Aller chercher plus loin d'autres chemins, Théo Dupisson y réussit à merveille. Avec un drap blanc traversé d'ombres et de soupirs, d'architectures qui bousculent les lignes, il met en scène et dans un même souffle ses propres textes, (L'oisellerie de cuivre), et ceux de Marcel Schwob, (Le livre de Monelle). Et le ver à soie, tantôt grave tantôt facétieux, danse sur le fil des allégories qui tiennent ensemble l'univers. Pari ô combien risqué mais réussi de théâtraliser une langue sans personnage dont le sujet serait, qui sait, le verbe et lui seul. Avec une belle présence sur le plateau. Le monde du théâtre ne tardera pas à s'intéresser au talent singulier de Théo. Il le faut. Théo Dupisson s'est produit au théâtre Le jus d'art.http://myspace.com/jusdart

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cetaitdemainorg 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog