Magazine

« Sonnet »

Publié le 18 mai 2009 par Frontere

Une vieille maison au jour presque tari,
Où des pas du dehors chaque poutre frissonne,
Dont le cartel chevrote à toute heure qui sonne :
C’est ici qu’on aima naguère et qu’on souffrit ;

- Le parc mélancolique engourdi par l’automne,
Tristement enflammé d’un soleil qui périt ;
- La rose qu’un matin fait naître, et qu’il flétrit ;
- Le clavecin sans voix où votre main s’étonne ;

Tout cela tristement nous parle d’autrefois ;
Mais qu’importe : les chants et des fleurs dans les bois
Renaîtront pour orner le printemps de votre âge
.

Goûtez-les sans songer au temps qui nous meurtrit,
Et puisse sans mentir dire un jour cette page :
La tristesse ignorait les yeux qui m’ont souri. ”

Paul-Jean Toulet (1867-1920)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frontere 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog