Magazine

Blog story

Publié le 19 mai 2009 par Anaïs N.

blog-story.1242728597.jpg

Oui, je sais. Des blogs, j’en ai déjà eus, pas mal… Des trop ceci, des trop cela, des trop colorés et des trop délavés. Certains m’ont ressemblée, d’autres se sont éloignés de ma réalité par trop de mise en scène. Je les ai tous effacés et j’ai toujours recommencé, inlassablement…
Il n’y pourtant pas si longtemps, à peine plus d’un an, je n’aurais pas été capable de donner une définition précise du verbe bloguer, et moins encore le conjuguer à tous les temps, du passé composé au présent. J’étais une internaute utilitaire. Je ne surfais que sur mes relevés de banque et les horaires de la SNCF.
Il a fallu à ma vie personnelle et professionnelle une violente déflagration pour avoir ce besoin mué en désir, depuis, d’écrire à tous les temps. Il a fallu la tempête pour laisser s’envoler mes pensées les plus secrètes dans les rafales du vent cornant. Il a fallu bien des trahisons pour que je cherche un moyen de rétablir la vérité et ma version des faits…
Les temps ont bien changé depuis mes premières lignes écrites sur mon premier blog. J’avais posé mon modeste bagage sur la planète Skyblog comme on découvre le Nouveau Monde. Je me souviens mes tatonnements et mes hésitations. Mais, j’ai attrapé le virus et je suis partie très vite à la conquête de cette étrange galaxie, la Blogosphère.
Pas facile, pourtant, de trouver sa voie pour donner de la voix, sans perdre son chemin dans ce labyrinthe. J’en ai essayé des plateformes, des formules, des pseudos… Certains, ici même se souviennent… J’ai beaucoup navigué de port en port, souvent partie, toujours revenue… Ici.

Aujourd’hui, mes motivations pour bloguer ne sont plus les mêmes. Doucement, je me suis relevée. J’ai élagué pas mal de branches, les plus pourries menaçaient de tomber. Alors, pourquoi avoir pitié? Je ne peux plus consacrer autant de temps à la narration et je me suis demandée si l’heure n’avait pas sonné de tourner la page, définitivement. C’était sans compter sur les messages amicaux reçus en privé. Hier, je me suis interrogée. Ces échanges virtuels n’allaient-ils pas me manquer ? Pas seulement… En une année, difficile, bloguer m’a aidée à surmonter certaines épreuves, à faire le tri dans mes pensées, à me discipliner et à aller vers l’avant. J’ai besoin d’écrire. C’est chez moi viscéral, et depuis l’enfance. J’ai réfléchi et force est de constater que je dois à la Plateforme du Journal Le Monde ma plus belle part d’audience, mes plus jolies collisions virtuelles et mes records de longévité… Je sais, j’aime les belles choses, l’harmonie et l’ordonnancement. Ici, le cadre est sec et dépourvu de fantaisie. L’essentiel doit se trouver dans le contenu et non dans le contenant. Il n’est pas aisé de créer des portfolios… J’ai pourtant décidé de revenir me poser, j’espère dans la durée… Mes photographies seront exposées ailleurs. Je ferai un lien ultérieur.

Comme je vous l’ai dit, je ne pourrai pas, je ne pourrai plus écrire tous les jours mais je souhaite ponctuer le temps qui file de quelques billets. Je regrette, a posteriori, la somme de mes écrits passés et dépassés… Paroles dispersées, fragments épars de mille couleurs telle une mosaïque éclatée. Il me faut désormais rassembler ces morceaux pour tout recomposer, me reconstruire et avancer…

Bienvenue à tous mes lecteurs du hasard et aux autres… ceux qui m’ont fait l’amitié de me suivre depuis plus d’un an, de blog en blog et de plateforme en plateforme… Bonne lecture.

Partager et découvrir :
del.icio.us
Facebook
Technorati
Wikio
TwitThis
Scoopeo


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anaïs N. 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte