Magazine High tech

Test X-Men Origins: Wolverine

Publié le 19 mai 2009 par Leresistant

Aujourd’hui je vais vous faire partager le test du jeu X-Men Origins: Wolverine ! Au départ, j’étais dubitatif, un jeu tiré d’un film, lui-même tiré un comics n’annonçant à priori rien de bon ! Vous le verrez tout au long du test, ce jeu est assez fun !

L’histoire débute par une cinématique en images de synthèse dans laquelle notre personnage poignarde un méchant, et s’amuse à tuer tout ce qui se présente. Le titre prend place lors des évènements racontés dans le film, et y ajoute quelques éléments. Vous irez ainsi aux USA, en passant par l’Afrique, lors de multiples flashbacks. Je ne vous raconterai pas la suite, afin d’en pas vous gâcher le plaisir de découvrir un nouveau jeu.

Xmen 1

Concernant le gameplay, je vous l’avoue, il n’est pas varié, mais très divertissant. Pour résumer, Wolverine est un vrai hachoir à viande, et il va le démontrer à de très nombreuses reprises au cours du jeu. Le système de contrôle est simplifié presque au maximum : attaquer, parer, et des combos assez bien réalisés ! Le résultat est également assez simple : des tripes, boyaux, et plein de sang de partout ! En appuyant sur certaines touches vous pourrez viser vos ennemis, vous projeter en l’air, et ainsi fondre sur eux pour les transformer en plein de petites frites. On comprend aisément, au vu de ce rendu, pourquoi le jeu est interdit aux moins de 18 ans, et encore heureux ! Vous l’aurez compris, la tendance est très arcade. Et qui dit arcade, dit forcément la présence de boss. Et c’est là que le couperet tombe : ces derniers sont tout ce qu’il y a de plus scripté : vous attaquez, il vous attaque, vous ne pouvez plus le réattaquer pendant quelques secondes, et ainsi de suite. Lorsque vous n’en n’avez qu’un seul, ca peut passer, même si cela devient vite lassant ; cependant, lorsqu’il y en a quatre, c’est tout simplement insupportable ! Et c’est probablement le point le plus regrettable du jeu. Dommage ! La durée de vie est approximativement de 8h en mode normal, ce qui n’est pas trop mal ! Peut-être faudrait-il commencer le jeu en difficile, afin de dépasser les 10h.

Xmen 2

Passons aux graphismes. En général c’est le point le plus bâclé d’un jeu tiré d’une licence cinématographique. J’ai été agréablement surpris de voir un jeu très beau, très riche ! Il faut préciser que le titre a été conçu à l’aide de l’Unreal Engine, ce qui peut expliquer bien des choses. Les environnements me font penser à un mélange de Tomb Raider pour l’Afrique et de Resident Evil pour toutes les parties laboratoires. Les décors sont bien modélisés, et surtout très vastes. Certes, il y a un aliasing, et un problème de framerate lorsque les décors deviennent trop fournis, mais le tout reste très au-dessus de la moyenne. Vous pourrez également remarquer que le personnage se modifie en fonction des dégâts subits : t-shirt déchiré, peu trouée… bref, à la fin vous ne verrez que le squelette !

Xmen 3

Un autre point très négatif du jeu, pour les français, et la lipsync, autrement dit la synchronisation des lèvres. Ces dernières ne sont pas du tout synchro avec les dialogues des personnages. Cependant, tout fonctionne à peu près bien avec les voix en version originale.

Afin de renforcer l’immersion du joueur, les développeurs ont intégré des cinématiques en images de synthèses. Et c’est un choix très judicieux, le rendu étant vraiment très réussi : on a vraiment l’impression de regarder un film d’animation lors de ces quelques passages.

Pour conclure, je dirai simplement que ce jeu, malgré ses quelques défauts (probablement dus à la sortie simultanée du jeu et du film), est une très bonne surprise, qui se détache des autres titres produits à partir d’une licence. Action non-stop, environnements réussis, histoire respectée… Bref, je recommande !

xmen 4


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Leresistant 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine