Magazine

Jean Paul II, La vertu théologale de charité (4)

Publié le 19 mai 2009 par Walterman
4. L'Eglise a exprimé cette réalité sublime en enseignant que la charité est une vertu théologale, c'est-à-dire une vertu qui se réfère directement à Dieu et fait entrer les créatures humaines dans le circuit de l'amour trinitaire. En effet, Dieu le Père nous aime comme il aime le Christ, voyant en nous son image. Celle-ci est, pour ainsi dire, peinte en nous par l'Esprit, qui comme un «iconographe», la réalise dans le temps. 
C'est toujours l'Esprit Saint qui dessine également dans le cœur de notre personne les lignes fondamentales de la réponse chrétienne. Le dynamisme de l'amour pour Dieu naît ainsi d'une sorte de «connaturalité» réalisée par l'Esprit Saint qui nous «divinise», selon le langage de la tradition orientale. 
Dans la force de l'Esprit Saint, la charité anime l'agir moral du chrétien, oriente et renforce toutes les autres ver- tus, qui édifient en nous la structure de l'homme nouveau. Comme le dit le Catéchisme de l'Eglise catholique, «l'exercice de toutes les vertus est animé et inspiré par la charité. Celle-ci est le "lien de la perfection" (Col 3, 14); elle est la forme des vertus; elle les articule et les ordonne entre elles; elle est source de leur pratique chrétienne. La charité assure et purifie notre puissance humaine d'aimer. Elle l'élève à la perfection surnaturelle de l'amour divin» (n. 1827). En tant que chrétiens, nous sommes toujours appelés à l'amour.

JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 13 octobre 1999

La vertu théologale de la charité: l'amour envers Dieu


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Walterman 1547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte