Magazine

Brèves : Daniel Tourre, Dilbert, le chaos, la crise...

Publié le 19 mai 2009 par Objectifliberte

Quelques brèves vite fait, histoire de ne pas partir en long week end sans un peu de lecture.

------

Pédagogie libérale -- Je l'avais raté à sa sortie, mais je signale la parution mi-avril du 9ème volet de la remarquable série "le libéralisme pour les débutants", éditée en ligne exclusivement par Daniel Tourre. Ce 9ème volet est particulièrement important, puisqu'il traite de la monnaie et des banques.

Pédagogie remarquable, exemples illustrant le propos parfaitement choisis, et, ce qui ne gâte rien, humour à tous les étages, Daniel rend vraiment accessible et passionnant un sujet généralement ennuyeux.

Bravo !

---------

And thus ended capitalism -- cliquez sur l'image pour l'agrandir

GDP-without-bubble

------

La nature cahotique des marchés -- Guy Sorman, sur son blog, nous livre l'essentiel d'une rencontre avec Benoît Mandelbrot, l'homme qui a découvert les fractales, enseignant en mathématiques et économie dans une université française en grève à Harvard et Yale. Une réflexion tout à fait passionnante sur l'impossibilité de prédire l'évolution des marchés. Petit extrait :

Dès les années 1960, Mandelbrot a tenté – en vain – de trouver un ordre caché, et donc de la prévisibilité, dans l’avenir des prix – la volatilité – sur les marchés financiers. Partant de l’exemple du prix du coton à la Bourse de New York (parce que les données chiffrées existaient sur une longue période (« sans données, pas de science », rappelle Mandelbrot), il démontra que plus on cernait de près l’évolution des prix du coton, plus il était difficile de les prévoir. La volatilité des prix est une suite d’accidents, tous différents : pas de fractales ici.

Mais cette modestie scientifique de Mandelbrot n’a jamais satisfait les économistes : eux veulent des courbes en cloche, des algorithmes et des lois. Ce qui sur le marché de l’économie réelle se conçoit : on peut, aujourd’hui,  avec suffisamment de précision, tracer une relation prévisible entre la quantité de monnaie émise par une banque centrale et les hausses de prix. On peut aussi prévoir la relation entre le niveau des salaires  et l’évolution du chômage. Ou entre un monopole et les prix. Mais sur le marché financier, à la Bourse, cela ne se peut pas. Pas encore ? Jamais ? Mandelbrot penche pour « jamais ». Plus il étudie les variations des cours à la Bourse, plus il lui paraît que le Hasard sauvage, l’aléa total, le chaos sans normes constituent la loi fondamentale du marché financier.

(...)

Il n’empêche que certains y ont fait fortune? « Uniquement parce qu’ils ont eu de la chance », rétorque Mandelbrot. Le marché financier étant très accidenté, les probabilités d’y faire faillite sont statistiquement plus nombreuses que celles d’y faire fortune. Mais si on a la chance de se trouver du bon côté de la route, un accident peut aussi faire votre fortune.

Mandelbrot rejoint en cela les conclusions de Burton Malkiel, qui avait affirmé en 1973 que des portefeuilles d'actions gérés par des singes lançant des fléchettes sur un mur de titres obtiendraient d'aussi bons résultats que des portefeuilles gérés par des traders professionnels, ce que des expériences menées par le Wall Street Journal avaient largement confirmé en 1988 : la nature profondément chaotique des marchés financiers rend aléatoire toute répétition de prévisions exactes quant à son évolution dans le temps.

Sale temps pour les économistes !

---------

Je signale la sortie d'un opuscule de l'IEA sur la crise qui agrège un grand nombre de causes financières de la crise en insistant sur le rôle des interventions contrariant les marchés opérés par les états. On y retrouve un certain nombre de points déjà abordés dans mon dossier "subprimes", mais en anglais. Blague à part, hormis le rôle des réglementations foncières, tout y est, et l'éclairage sur la situation anglaise est instructif. Et en plus, c'est clair et bien écrit. Extrait du plan :

● Central banks created a monetary bubble that fed an asset price boom and distorted the pricing of risk.
● US government policy encouraged high-risk lending through support for Fannie Mae and Freddie Mac (which had explicit government targets of providing over 50pc of mortgage finance to poor households) and through the Community Reinvestment Act and related regulations.
● Regulators and central bankers failed to use their considerable powers to stop risks building up in the financial system and an extension of regulation will not make a future crash less likely.
● Much existing banking regulation exacerbated the crisis and reduced the effectiveness of market monitoring of banks. The FSA, in the UK, has failed in its statutory duty to "maintain market confidence".
● The tax and regulatory systems encourage complex and opaque methods of increasing gearing in the financial system.
● Financial institutions that have made mistakes have lost the majority of their value. On the other hand, regulators are being rewarded for failure by an extension of their size and powers.
● Evidence suggests that serious systemic problems have not arisen amongst unregulated institutions.
As such, no significant changes are needed to the regulatory environment surrounding hedge funds, short-selling, offshore banks, private equity or tax havens.
A revolution in financial regulation is needed. The proposals of the G20 governments and the EU are wholly misconceived. Specific and targeted laws and regulations could restore market discipline. These should include:
● Making bank depositors prior creditors. This will provide better incentives for prudent behaviour and make a call on deposit insurance funds less likely.
● Provisions to ensure an orderly winding up, recapitalisation or sale of systemic financial institutions in difficulty. Banks must be allowed to fail.
● Enhancing market disclosure by ensuring that banks report relevant information to shareholders.

Plus facile à écrire qu'à faire. Leurs recommandation finales sur les banques centrales sont peut être discutables, mais pas le temps de les étudier en détail: j'ai un long week end de vacances à préparer, moi.

--------

Quatre jours de vacances pendant le pont de l'ascension : j'espère vous retrouver le lundi 25, si l'inspiration me vient d'ici là...

----------


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Objectifliberte 2968 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte