Magazine Conso

White is white

Par Misterhouse

Pourquoi ne pas considérer la couleur blanche comme base de décoration ? Docteur Living vous livre ici quelques ingrédients de base pour réussir votre intérieur…

WHITE IS WHITE

Une couleur pas comme les autres

Comme toujours en matière de décoration, et de mode dans la décoration, les couleurs s’imposent successivement de manière cyclique. Bien souvent, sur une période de 15 à 20 ans, on passe par tous les stades de teintes avant d’aboutir à l’ultime couleur, celle qui ne fera jamais ringard : le blanc.
Cette couleur peut être définie comme une fin de cycle, mais aussi comme un repos de l’œil. On peut dire que nous vivons actuellement cette période de transition.

Le blanc ne fait rien comme les autres : il n’apparaît pas dans la gamme chromatique car il réfléchit la lumière alors que les autres couleurs la filtrent ; il la disperse par réfraction pour nous émerveiller de toutes les autres, d’ailleurs le support du papier d’imprimerie en a fait une “non couleur”.
Pourtant, le blanc est très riche : il peut être brillant ou mat, léger ou saturé, lumineux ou terne, et dans la nature il est seul à se présenter uni et pur sous la forme de la neige.
En fait, le blanc n’a pas de stratégie : il existe naturellement, s’accorde à tout et peut se mettre en scène de nombreuses manières. Au delà du fait de simplement « mettre un coup de blanc », nous pouvons dire que le blanc existe pour mettre en valeur les autres couleurs.

Le blanc en déco, un faire valoir ?

Utilisé comme ingrédient, la grande qualité du blanc réside dans sa faculté à mettre en valeur ou faire varier l’intensité d’une couleur ; mélangé à une autre couleur il lui donnera plus ou moins d’intensité selon que sa proportion sera plus ou moins grande. Avec le noir, son extrême, il va créer toutes les nuances de gris ; avec le rouge, toutes les nuances de rose, du plus vif au plus pâle, et ainsi de suite avec toutes les couleurs.
Le blanc et ses déclinaisons sont aussi utilisés comme teinte à part entière ; par exemple le blanc “cassé” est devenu une nuance qui occupe une place importante, apportant douceur à une couleur qui, pure, aurait trop d’éclat.

On peut bien sur tenter l’expérience du « tout blanc » pour créer un univers parfait et élitiste, mais c’est très difficile et un peu risqué, car malheureusement, les blancs ne s’accordent pas si facilement entre eux. Un blanc que l’on croit “blanc” peut se révéler tout autre dés l’instant où on y pose une simple feuille de papier blanc pur.

maison_famille_blanc

De même, le stratifié blanc se révèle différent d’une chaise en polypropylène blanc, elle même très éloignée d’un rideau blanc, d’un cuir, d’une peinture ou d’un carrelage.
J’utiliserai le blanc pour valoriser mon mobilier en bois d’esprit année 50’s, ou pour faire ressortir le mobilier noir de mon salon, ou encore pour sublimer n’importe quelle œuvre sculpturale ou picturale colorée.
Je vais peindre ce mur en blanc car j’aime le rouge, et je pourrais ainsi y installer un canapé rouge et le valoriser.

touche-couleur-deco
Et si j’aime le orange, pourquoi irais-je poser un revêtement mural de cette couleur dans ma salle à manger, alors qu’un simple voilage orange uni assorti à une généreuse corbeille de clémentines posée sur une table basse s’accorderaient si bien à une simple peinture blanche ?

Et pour le premier qui me dit que blanc « ça fait hôpital », je le renvoie à sa dernière visite à la clinique pour qu’il se souvienne qu’elle est constituée d’un incompréhensible mélange de bleu ciel, de saumon et autre jaune pâle, mais ça c’est une autre histoire…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misterhouse 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte