Magazine

Les petits malins ont encore frappé

Publié le 01 juin 2009 par Ledjam
C'est particulièrement à la mode en ce moment, trouver le moyen d'en faire le maximum avec une mise de départ minimum. C'est même le principe fondateur du marketing viral, discipline toute récente exploitant le principe publicitaire le pus vieux du monde.
Compter sur le consommateur pour véhiculer son message, c'est un grand classique. Se spécialiser dans le parasitage de réseaux de communication existants, c'est un peu plus moderne. Mais réussir à détourner un service pré-existant à son entier avantage, autant en image que sur le plan technique, on frise le carton-plein.
A ma gauche le (non) site d'Absinth, avec une idée de petit malin pour construire son site pour pas un rond : squatter Netvibes. Transformer un agrégateur de flux en vitrine, fallait déjà y penser.
A ma droite le (toujours non) site de BooneOakley. Pareil, on détourne détourne une plateforme à la base pas trop prévue pour, afin de démontrer d'un seul coup :
- qu'on peut obtenir un résultat correct sans avoir besoin de beaucoup investir avec une idée à la con que personne d'autre n'a eu l'intelligence d'avoir auparavant
- qu'on a tout compris aux usages des récentes technologies de diffusion de l'information
- qu'on peut s'y forger une image de marque sympathique, à la pointe de la hype geek avec une excellente appropriation du support utilisé.
"Non-site à la pointe de la hyope geek ?" BooneOakley.com est entièrement hébergé sur youtube. Et utilise à merveille les liens inter-vidéos.

Et là me viennent des délires de continuité parfaite entre une marque et sa campagne. Du genre à conjurer la malédiction de la déperdition. C'est pour bientôt le croisement campagne virale / site de marque sur Youtube ?
BooneOakley via le Patch

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ledjam 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte