Magazine France

« Compagnon de route » du libéralisme (2)

Publié le 01 juin 2009 par Roman Bernard
Malgré ma récente tentation de voter pour le parti pan-européen Libertas aux élections parlementaires européennes, j'ai finalement décidé de voter pour Alternative libérale*, en cohérence avec ce que j'ai appelé en décembre dernier mon « compagnonnage » avec le libéralisme. Bien que je sois loin de partager l'enthousiasme européiste de la liste conduite par Sabine Herold, et que j'estime que l'argument de la « liberté des peuples » avancé par Libertas soit tout à fait recevable, le discours protectionniste et socialisant de Jérôme Rivière a fini par me détourner de cette formation pourtant assez attrayante.
J'ai toutefois de profonds et sérieux désaccords avec le parti libertarien, autant sur la stratégie que sur les objectifs. Je pense que l'idée selon laquelle on libéralisera la France en approfondissant l'intégration européenne est particulièrement périlleuse.
En effet, rien n'interdit que l'on se dirige progressivement vers une reproduction à l'échelle européenne des tares de l'État-« Providence » français, très collectiviste.
Une Europe confédérale reposant sur les États-nations, et non fédérale, serait plus à même de préserver une certaine diversité, et donc une réelle liberté sur le continent.
Ne faisant pas de la liberté individuelle la mesure de toute chose, mais la condition et le moyen d'un idéal à mon sens plus élevé, la civilisation, je goûte assez peu aussi aux penchants libertaires, voire anarchisants, de nombre des libéraux français.
La nécessaire contrepartie de la liberté, la responsabilité, implique un certain ordre politique et social, dont peu des libéraux que je côtoie reconnaissent la légitimité.
En dépit de ces deux réserves, je pense néanmoins que la démarche d'Alternative libérale et la mienne vont dans le même sens : démanteler l'État-« Providence », dont notamment l'Éducation nationale, pour laisser la société civile, qui ne serait plus étouffée par une fiscalité confiscatoire, prendre son relais et conduire en France, et dans tous les pays occidentaux où les idées libérales s'imposeront, la « rénovation » que j'appelle de mes vœux. Libéraliser pour rénover, voilà quelle est ma démarche.
Je doute fort que les candidats présents sur la liste de Sabine Herold partagent cet objectif, mais je pose que c'est peu à peu à ce résultat que l'on finira par arriver.
Je continuerai donc, notamment ici, à être un « compagnon de route » du libéralisme**.
Roman Bernard
Répondant ainsi, encore une fois donc, à la question de Reversus, le blogueur chiraco-villepiniste.
** Et j'appelle donc chacun à s'inscrire sur le réseau des amis du libéralisme, « lesliberaux.fr ».

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Roman Bernard 428 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte