Magazine Conso

Paris hip hop 2009

Publié le 01 juin 2009 par Thestreetisyours
PARIS HIP HOP 2009


Le projet Paris Hip-Hop a été créé par Hip-Hop Citoyens en 2005 parce qu'il fallait proposer aux Franciliens un événement symbolique et fédérateur fort autour du hip hop, de ses disciplines artistiques et de ses acteurs amateurs comme professionnels. C'est donc en juin 2006 que la 1ère édition de La Quinzaine du Hip-Hop en Ile-de-France voit le jour pour célébrer cette culture sous toutes ses formes !!
Le principe :
-15 jours d'événements (concert, battle et spectacle de danse, exposition, projection cinéma, block party en plein air, jam graffiti...) allant des plus grandes salles jusqu'aux parcs parisiens en passant par les lieux référents de la culture de la capitale.
Paris Hip Hop c’est plus de 200 artistes dans une 10aine de lieux !
En 3 éditions, le festival aura vu défilé :
KRS One, Oxmo Puccino & The Jazz Bastard, Rocca et Tres Coronas, Roots Manuva, Baloji, Looptroop, Casey, Mala Rodriguez, Freeman (IAM), Tunisiano, Flynt, L’Skadrille, TLF, Vaï, Seth Gueko, Dj Cash Money, Chiens de Paille, Monsieur Nov, Zaho , Mafia K’1Fry, Youssoupha, LIM, Alibi Montana, Selecta K-ZA, 2 Bal, Larsen, Dj Ewone, Kennedy, Chino XL, Planet Asia, El da Senseï, Sway & King Tech, Wildchild, Kohndo & The Velvet Club, Dj Dee Nasty, Lion Scot, Scred Connexion, Dj First Mike, Dj Kiaz, Noé Two, C dans C, Seven, Kongo, DM, Junior, Collectif Jeu de jambes, Dj Phatstaff, Wanted Posse, Ketsia, Komando Toxic, Acre, DM, P19, Orel, Reyz, Dj Rob, Life, Dj Cam, Dj Aziz, Mc Little Freddy, Marko 93, Nilko, YZ, Wissem, Mac Tyer, Dj Netik, Dj Rafik, Quintessence, Klan X, R.Style, VNR, Aktuel Force, Rualité, Dirty Music (RAW-D77), Jayone (BBC), Reyze, Smurf, Tilt, Dize (VMD-GT-D77), FLP (RAW-D77), Rock (VISITORS-90 DBC), Swen (93MC), Zéki (OC-MCZ), Dgee (PM-LRC), Musty et Anaïs (R.STYLE), Sweet Dick Willy, Cut Killer, Keudj, Kirikoo, Témis, Queen P, Machine Gun, Legend, Bruce Ykanji, Zeno, Kery James, Tandem, Sefyu, La Caution, Youssoupha, Salif, Ol’Kainry, Busta Flex, Despo, Al Peco, John Gali, Nubi, Kamelancien, Nessbeal, Alibi Montana, Princesse Anies, S-Py, Le Remède, DJ Revolution, DJ Fab, O.C, Doudou Masta, les Cies Khady Fofana , Kinta kawata, Phase T, Dany Dan, Najeh, Wissem, Collectif Ni Vu Ni Connu, DJ Scratch, DJ Juan, le Collectif 115, Sidi O, A-L, Taïro, Dialect, Enz, Daz-Ini, Seven, Choream, DJ Fly, DJ Troubl', Zenoy, Rocky, Sydney, Scalp, Solo, Wallid, Jean-Pierre Thorn, MAM, Nessbeal, Psyckoze, Yacine Amblart...
L'édition numéro 4 de Paris Hip Hop aura lieu du 23 juin au 5 juillet 2009 !!

Coordonnées

Adresse électronique :

PARIS HIP HOP 2009

Site web : http://www.paris-hiphop.com

Adresse : Paris, France


PARIS HIP HOP 2009

PARIS HIP HOP 2009

Souscrire à ce blog:

Delivered by FeedBurner


PARIS HIP HOP 2009


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par Sidy
posté le 02 juin à 22:34
Signaler un abus

Commentaires publié suite à l'article de Shotactu.com http://shotactu.com/?page=fil-info,details&contenu=3193 Je me dois de signaler que Bruno Laforesterie est lui aussi dans la démarche de profit des marques qu'il critique. Le festival Paris Hip Hop bien que démarche intéressante est mené de main de maître par le directeur de la radio Générations et sa structure de lobby institutionnel Hip Hop Citoyens, dans le but de tirer profit de fond publique pour promouvoir la dite radio et la marque Générations. Ce qu'il ne dit pas c'est les procès en prud'homme qu'il a perdu et les différents litiges en cours dont celui avec le groupe de presse Roularta. Il ne faut pas être dupe et pensé que Bruno Laforesterie est un grand altruiste de la culture Hip Hop. Le but premier de ce festival est avant tout une grande publicité géante au profit de la société Parisienne de Radiodiffusion appartenant à Espace Groupe. Si l'on s'intéresse de plus près au sommes d'argent versés par l'état et à leurs utilisations, l'on s'aperçois très facilement à qui profite cette démarche de récupération de cette culture et de ces activistes. « recenser les gens qui font des choses bien sur Paris et les réunir pour un projet commun » et « une dynamique de prise en main et de son destin », ne sont ni plus ni moins qu'un discours fédérateur des forces vives de cette culture qui n'a su profiter qu'a une entreprise jusqu'à présent et à son directeur Bruno Laforesterie! Notons également l'hypocrisie de celui ci « On ira jusqu’au boycotte et à l’annonce publique de ce qui se passe avec les marques » alors que gestionnaire d'une radio commerciale, se mettre en porta faut des marques ne lui serait que préjudiciable alors que c'est celles ci qui font vivre financièrement ce monsieur et la radio qu'il dirige, en grand profiteur des fonds publique pour le bien de ça marque Générations,. Chose que l'on peut s'apercevoir aisément sur les campagnes de promotion du festival Paris Hip Hop où tout les supports publicitaire ne mentionne que très rarement l'association Hip Hop Citoyens mais mette très en avant la marque Générations radio appartenant à Espace Groupe. "Un autre problème rencontré est celui de la visibilité, par exemple les organisateurs du festival sont obligés de recouvrir de manière illégale les mûrs de la ville car ils n’ont pas accès à suffisamment de visibilité. " et j'ajouterais que cela permet une économie substantielle du budget marketing pour la Société Parisienne de Radiodiffusion dirigé par Brunio Laforesterie qui ne doit surement pas payer ou loin des conventions collectives pour ce type de prestation, les personnes qui apposent ces affiches dans la rue ou profite des bénévoles et autres "emploi jeunes" comme ce fut le cas il 'y a deux ans qui ont servis les intérêts de Bruno Laforesterie dans le cadre de ce festival. Quitte à être dans l'illégalité autant l'être jusqu'au bout, non??!!!. Et j'omet ici volontairement les litiges concernant le droit à l'image et autres exploitation de propriété intellectuel sans le consentement des parties lésés de ce faite. Je m'insurge très rigoureusement face au propos de ce dernier, qui a su monter et fédérer un grand nombre derrière ça démarche ne visant que l'accroissement de son audience au profit des "marques" et "annonceurs" qu'il souhaite maintenant boycotter alors que clientes des espaces publicitaires vendues sur les supports de publication radio et internet des sociétés que Bruno Laforesterie dirige. Bruno Laforesterie de plus est le premier à ne pas supporter les acteurs français de cette culture au vue de nombreuses complainte d'artistes indépendant qui pensant bénéficier d'un support non négligeable pour la promotion de leurs oeuvres en espérant une hypothétique diffusion, ont dû dépenser une somme d'argent non moins négligeable pour se voir proposer, sous couvert d'espaces publicitaire, cette même diffusion de leurs créations. Donc de dire « Il faut être positif et donner leur chance aux gens qui construisent et qui font des choses biens » montre bien l'insolence et l'arrogance de ce dernier face à ces personnes et à cette culture. En conclusion, si "il n’y a pas une grande marque qui n’utilise pas la culture Hip Hop", Bruno Laforesterie est le grand ambassadeur de l'exploitation de la culture Hip Hop, ces activistes et à juste titre son personnels, comme de récents procès au prud'homme l'on confirmé récemment. Le Hip Hop à Paris ne doit pas être légitimé par Bruno Laforesterie et ces sociétés (Parisiennes de Radiodiffusion, Générations Développement, etc...) qui font des bénéfices substancielles et son association de lobby institutionnel Hip Hop Citoyens, mais par les réel acteurs de ce mouvement. Il est vrai que le travaille n'est pas simple face à des personnages de ce genre, mais force est de constater que les choses se font et dans le bon sens bien heureusement. Sidy Seye

A propos de l’auteur


Thestreetisyours 130 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines