Magazine

Bernard Ollivier : Aventures en Loire

Publié le 02 juin 2009 par Corboland78

OLLIVIER.jpg« L'aventure est dans la manière du voyage plus que dans le lieu » écrit avec raison dans les dernières pages de son ouvrage Bernard Ollivier et ce livre en est la preuve. Ancien journaliste, écrivain voyageur ayant pérégriné à pied sur la Route de la Soie, aujourd'hui âgé de près de soixante-dix ans mais toujours bon pied bon œil, l'écrivain s'est jeté un défit, descendre la Loire du Mont Gerbier-de-Jonc à Nantes en canoë. Un parcours de près de 1000 kilomètres, à pied au début puis sur le fleuve ensuite. Sachez encore que lorsqu'il prend possession de son frêle esquif il n'a jamais pratiqué ce type de navigation !

Le récit de ces six semaines de voyage est surtout l'occasion de rencontres, fortuites ou programmées, véritable combustible qui pousse Ollivier à pagayer contre le vent ou sous la pluie, chavirant parfois, traînant hors de l'eau son minuscule rafiot quand certains passages sont infranchissables. La Loire n'est pas un long fleuve tranquille, sa descente selon les saisons ou les portions peut s'avérer périlleuse surtout quand on est un novice du canoë.

Grâce à des amis d'amis, des hasards aussi, chaque étape sera l'occasion de rencontrer des gens formidables, ouverts et chaleureux, toujours prêts à aider ou donner des renseignements sur leurs vies ou leurs villages.

On se laisse transporter et on suit avec plaisir sur la carte en tête d'ouvrage, la progression du voyageur, véritable humaniste ayant déjà vécu une vie pleine et riche d'émotions et d'aventures, la tête pleine de projets et à l'agenda chargé. Au-delà de l'exploit physique, un parfait manuel de savoir vivre, dans le sens de vivre « une vraie vie ». Un livre qui fait du bien à l'âme, à notre époque c'est une pépite sans prix.

« Ce n'est pas la peur mais la surprise qui provoque le silence tandis qu'une cinquantaine de regards se braquent sur moi. Il est vrai que le spectacle doit valoir la peine. Je suis recouvert d'un vaste imperméable bleu fripé qui me recouvre jusqu'aux mollets, assorti d'une capuche dissimulant partiellement mon visage tanné façon vieux cuivre. Pour éviter le choc des gouttes sur mon crâne chauve, j'y ai ajouté mon chapeau complètement trempé qui pend lamentablement. Mes lunettes, glacées comme le reste, se sont couvertes de buée en entrant dans la chaleur de la salle. A l'autre extrémité deux pieds bleus chaussés de sandales ruissellent, formant une petite mare. Je serre contre moi, tout en cherchant vainement  dominer mon tremblement, mon bidon de plastique blanc à couvercle bleu. Derrière on bar, la patronne interrompt la confection d'une entrée, écarquille les yeux et résume la question que tout le monde se pose : - Ben ! D'où vous sortez-vous ? »

Bernard Ollivier  Aventures en Loire chez Phébus     


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Corboland78 254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte