Magazine Environnement

Sommet de Copenhague : un projet de traité critiqué mais accepté

Publié le 02 juin 2009 par Benjamin Tolman
co2 Agrandir l'image

Paru le 2009-06-02 17:01:00

Allemagne, Bonn - A six mois du sommet de Copenhague, un texte censé servir de base au traité définitif remplaçant le protocole de Kyoto, a été accepté lundi lors de la conférence de Bonn. Il ne satisfait pourtant ni les pays développés ni les pays émergents.

"Nous avons à présent un texte de négociations sur la table. Nous avons eu d’abord les réactions des gouvernements à ce document. Ces réactions ont été constructives. Ils le voient comme une bonne base pour la négociation et je suis sûr que ce document va nous aider à arriver à un résultat à Copenhague" se félicite Yvo de Boer, secrétaire de l’ONU au changement climatique.
Ce texte de 53 pages, qui regroupe toutes les propositions émises par les pays de l'ONU, ne satisfait pourtant pas les participants de la réunion. Jonathan Pershing, chef de la délégation américaine a déclaré : "Nous sommes consternés par la façon dont il a été structuré" tandis que selon le représentant soudanais Ibrahim Mirghani Ibrahim, il "devrait être plus équilibré".
Les pays émergents déplorent en effet que ce document leur demande de fournir plus d'efforts que les pays développés alors que les États-Unis estiment qu'il est au contraire trop conciliant avec les pays en développement.
Aucun accord sur des objectifs chiffrés n'a encore pu être obtenu et Yvo de Boer regrette que les propositions à ce sujet soient encore trop timides. "Pour le moment, les offres sur la table ne nous conduisent pas vers le scénario le plus ambitieux" a-t-il déclaré.
Alors que la limite des 2°C de réchauffement climatique exigerait une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 25 à 40 % par rapport à 1990 et ce d'ici 2020, pour les pays industrialisés, l'Union européenne se dit prête à aller jusqu'à - 20 %, voire - 30 %. De leur côté, les États-Unis refusent d'aller au-delà des -17 % par rapport à 2005, ce qui équivaudrait à seulement -4 % par rapport à 1990.
Il reste désormais moins de 200 jours aux négociateurs pour faire de cette compilation de propositions, un document cohérent.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benjamin Tolman 12180 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte