Magazine High tech

Dossier : "Good Old Games", le paradis des nostalgiques

Publié le 02 juin 2009 par Guls
Qui n’a jamais tenté, pris dans un irrésistible élan de nostalgie, d’insérer fébrilement le CD-Rom d’un vieux jeu tant aimé à l’époque pour se rendre compte qu’il n’était plus compatible avec son ordinateur plus récent ? Oubliez ces tristes frustrations, une plateforme de téléchargement de jeux en ligne propose désormais toute une série de titres anciens dont la compatibilité avec Windows XP et Vista est garantie. Présentation du site « Good Old Games » par Zone Jeu.

Une nouvelle tendance de marché
Depuis l’avènement des consoles dites « next-gen », la distribution de titres en ligne est devenue l’un des points primordiaux pour les joueurs et donc un terrain central de la « guerre des consoles ». Playstation Network, Xbox Live Arcade et Wiiware/Console virtuelle rivalisent d’initiative pour s’imposer chez les joueurs, et la remise au goût du jour de vieux titres est une tendance de fond (on vous en parlait encore il y a peu avec les tests de Lode Runner et de Banjo & Tooie). Sur PC pourtant, le phénomène est étrangement beaucoup moins développé.
C’est dans ce contexte que le site Good Old Games (GOG) se positionne comme une plateforme de téléchargement de vieux jeux de qualité, comme son nom l’indique. Pour retracer brièvement son histoire, le site a été fondé par quelques membres de l’équipe de CD Projekt, qui peu avant la Game Developers Conference de 2007, s’interrogeaient sur ce qui faisait un bon jeu et se remémoraient les titres auxquels ils jouaient dans le passé. Ils se sont amusés à rechercher ces jeux en question, dans un élan de nostalgie bien compréhensible et se sont aperçus qu’ils étaient quasiment introuvables ou incompatibles avec les ordinateurs récents. D’où l’idée de fonder GOG.com et de remédier à ces lacunes. Ainsi le site propose-t-il un vaste choix de titres légèrement retravaillés pour qu’ils soient jouables sur Windows XP et Vista. Le projet a su s’inscrire à la fois dans une dynamique générale et ne souffrir pour autant de presque aucune concurrence de grande ampleur.

Une mise en avant de l’accessibilité
GOG.com insiste avant tout sur la facilité avec laquelle on peut utiliser le site et jouer aux jeux qui nous ont séduits en leur temps. En effet, nous promet la publicité, il suffit d’acheter puis de télécharger le jeu pour y jouer sans autres formalités ou difficultés. C’est sans nul doute d’une grande commodité pour retourner x années en arrière plutôt que de se compliquer la vie à tenter d’émuler MS-DOS et se dépatouiller avec les commandes. Même si l’on peut supposer que le public touché par l’initiative sera plutôt âgé et suffisamment passionné pour vouloir rejouer à des titres parfois très vieillis, et donc, plutôt débrouillards en informatique dans la majorité des cas, cette facilité d’accès demeure tout de même un argument de poids.
Le site tente également de mettre en avant sa proximité avec ses clients : un projet réalisé pour des joueurs, par des joueurs. Au-delà du discours, deux aspects du site contribueront certainement à séduire les amateurs. D’une part, les titres ne sont pas protégés. Alors que certains studios imposent encore des DRM envahissants, inefficaces et néfastes à la stabilité du jeu, l’argument porte. Il n’y a aucune limite d’installations, aucune activation en ligne à chaque session ou aucune autre sorte de protection. En outre, le prix est le même quelque soit le pays dans lequel vous vous trouvez. Une fois de plus, l’équipe a su toucher un point sensible chez les joueurs, qui sont légitimement agacés de constater encore trop souvent que certaines plateformes en ligne pratiquent un taux de change euro/dollar fantaisiste.
Un large contenu
Prenez garde tout de même aux prix indiqués, il est parfois possible de trouver plus intéressant ailleurs, notamment lorsque les titres sont suffisamment récents pour fonctionner normalement sur les machines récentes. Il est évident que pour ceux qui ne sont plus disponibles dans le commerce, la question se pose moins. Avec un éventail de tarifs allant de 6 à 10 dollars, ceux-ci n’apparaissent pas prohibitifs mais plutôt équilibrés pour chacune des parties. Il n’est pas question de repayer trop cher un jeu qui a normalement déjà été rentabilisé et que vous possédez peut-être encore, mais simplement de rémunérer raisonnablement un service offert par le site.
Le catalogue de la plateforme compte un peu plus de 120 entrées à l’heure actuelle, offrant ainsi un choix relativement large. On y retrouve quelques titres de grande qualité comme Beyond good and evil, Fallout, Oddworld ou encore Prince of Persia : les sables du temps pour ne citer qu’eux. Certains apparaissent moins intéressants au premier abord mais quoi qu’il en soit, nul doute que chacun trouvera chaussure à son pied. On peut également s’attendre à ce que d’autres titres fassent leur apparition un jour, au fur et à mesure des accords négociés par le site. De nombreux éditeurs d’envergure sont d’ores et déjà liés à GOG.com : d’Ubisoft à Codemasters, en passant par Epic et Interplay.
En outre, différents bonus sont parfois proposés avec le jeu. Vous pouvez parfois récupérer de cette façon la bande-originale du jeu ou encore des captures d’écrans de bonne qualité. Ces ajouts ne sont pas systématiques et sont évidemment d’intérêt variable mais ces cadeaux font tout de même toujours plaisir. En revanche, les anglophobes risquent d’être quelque peu désappointés. En effet, les jeux ne sont disponibles actuellement que dans la langue de Shakespeare, ce qui pourrait rebuter certains. Si la plateforme travaille à implanter d’autres langues, elle souligne la difficulté de l’entreprise car il lui faut signer à chaque fois différents accords.
Un succès prévisible
Si le site ne veut pas communiquer sur son nombre de clients ou de téléchargements, l’étendue du catalogue laisse présager un certain succès de l’initiative, d’autant plus qu’il arrive à certains éditeurs de contacter directement l’équipe pour proposer une collaboration. Si le projet ne manque pas de soulever d’importantes difficultés, comme pour retrouver les ayant-droits des jeux concernés (une part importante de l’équipe du site est dédiée à cette tâche), les joueurs ne peuvent qu’être ravis de se voir proposer les mythes de leur enfance jouables facilement et pour un prix modique. Notons que le site est encore en bêta-test même s’il s’avère parfaitement fonctionnel. L’équipe nous a promis de nombreuses fonctionnalités intéressantes et l’arrivée d’excellents jeux lors du lancement définitif, Zone Jeu sera là pour vous relayer ce qu’il en est.
Un grand merci à Lukasz Kukawski et à toute l’équipe de GOG.com pour leur disponibilité.
--> Le site Good Old Games <--

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Guls 278 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte