Magazine Santé

Aphtes ou ulceres de bouche

Publié le 08 juin 2009 par Marieclaude

Les aphtes sont des ulcères de forme ronde qui se forment le plus souvent sur les muqueuses à l'intérieur de la bouche : sur la face interne des joues, sur la langue, sur la face interne des lèvres, sur le palais ou sur les gencives. Les personnes qui ont des aphtes dans la bouche de façon récurrente ont une stomatite aphteuse.

Les aphtes buccaux sont fréquents : environ 17 % de la population en est atteinte de façon répétitive à un moment de sa vie. Souvent, ils apparaissent durant l'enfance, puis disparaissent autour de la trentaine.

D'une personne à l'autre, la stomatite aphteuse se manifeste de diverses façons :

  • la forme mineure : de un à cinq petits ulcères (de 2 mm à 1 cm de diamètre) qui guérissent naturellement en sept à dix jours; les aphtes se présentent sous cette forme dans 80 % des cas;
  • la forme majeure : des ulcères de plus grande taille (plus de 1 cm de diamètre) qui guérissent en plus de deux semaines;
  • la forme herpétiforme : de cinq à cent minuscules ulcères (de 0,5 mm à 3 mm de diamètre) qui peu à peu se regroupent, puis forment une zone ulcéreuse, qui persiste d'une semaine à deux mois.

Diagnostic

Lorsque des symptômes s'apparentant à ceux des aphtes buccaux surviennent de façon récurrente, il vaut mieux consulter un médecin pour obtenir un diagnostic précis. Celui-ci procédera à un examen médical complet.

En effet, des ulcères semblables aux aphtes (dans leur forme mineure) peuvent être reliés à une autre maladie, comme une maladie inflammatoire de l'intestin (maladie de Crohn ou colite ulcéreuse), la maladie coeliaque ou la maladie de Behçet, une maladie inflammatoire chronique. Les individus dont le système immunitaire est affaibli (en raison d'une infection au VIH, par exemple) sont aussi plus susceptibles d'avoir des ulcères qui pourraient être confondus avec des aphtes. Par ailleurs, les aphtes peuvent ressembler à une mucosite : une inflammation de la muqueuse de la bouche qui crée parfois des lésions. Un cancer ou un traitement contre le cancer peut en être la cause. Malgré tout, la stomatite aphteuse est habituellement facile à diagnostiquer.

Si, en plus des aphtes, des rougeurs aux yeux, des douleurs articulaires, de la diarrhée persistante ou des douleurs abdominales sont présentes, il est important de consulter sans trop tarder.

Causes

Les causes précises de la stomatite aphteuse ne sont pas encore établies de façon exacte. Les aphtes ne sont pas d'origine infectieuse, donc non contagieux. Des facteurs héréditaires et environnementaux pourraient y contribuer. Il est possible que des carences en vitamines et minéraux (fer, acide folique, vitamines B) provoquent des aphtes, mais cela n'est pas certain. La prise de suppléments pour corriger ces carences ne semble pas contribuer à leur guérison.

Les scientifiques ont observé, cependant, des facteurs déclenchants pour les personnes qui en sont atteintes :

  • Des blessures ou des irritations à l'intérieur de la bouche. Des blessures occasionnées par un mauvais ajustement de prothèses dentaires, par une chirurgie buccale, par un usage trop énergique de la brosse à dents ou par un mordillement de la joue peuvent provoquer l'apparition d'aphtes ou leur aggravation.
  • De la fatigue physique et du stress. Ceux-ci précèdent souvent l'apparition des aphtes.
  • Des changements hormonaux liés au cycle menstruel. Les aphtes ont tendance à apparaître durant les menstruations.
  • Des allergies ou des sensibilités alimentaires. On rapporte dans la littérature scientifique un lien entre la récurrence des aphtes et des allergies ou des sensibilités alimentaires (par exemple, à des agents de conservation, comme l'acide benzoïque et le cinnamaldéhyde).
  • Un sevrage tabagique. Les aphtes peuvent survenir durant un sevrage tabagique.
  • Certains médicaments. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et autres), les bêta-bloquants (propranolol et autres) et l'alendronate (contre l'ostéoporose) peuvent provoquer des aphtes.

Remarque. L'utilisation d'un dentifrice contenant du dodécyl sulfate de sodium (appelé sodium lauryl sulfate, en anglais), un ingrédient que renferme la majorité des dentifrices, pourrait accroître le risque d'avoir des aphtes. Il rendrait l'intérieur de la bouche plus vulnérable aux blessures en enlevant la couche protectrice qui le tapisse. Cependant, cette hypothèse reste à vérifier. Quelques essais cliniques de petite envergure laissent croire que l'emploi d'un dentifrice sans dodécyl sulfate de sodium réduit la fréquence des périodes d'aphtes. Cependant, un essai clinique plus récent a conclu que le type de dentifrice utilisé n'a pas d'impact sur les aphtes.

Évolution

Les aphtes ne constituent pas une menace pour la santé. Une guérison complète peut nécessiter de une à trois semaines, mais les douleurs ne durent que de deux à cinq jours.

Symptômes

  • Un fourmillement ou une sensation de brûlure juste avant que les ulcères apparaissent.
  • Un ou plusieurs petits ulcères à l'intérieur de la bouche. Le centre des ulcères est blanchâtre, et leur contour est rouge.
  • Les ulcères causent une vive douleur, qui s'accentue lorsqu'on parle ou lorsqu'on mange, surtout au cours des premiers jours qui suivent leur apparition.

Remarques. Les ulcères ne laissent pas de cicatrices.

Personnes à risque

  • Les femmes.
  • Les personnes dont un parent a ou a déjà eu des aphtes.

Facteurs de risque

On ne connaît pas de facteurs de risque. Voir les facteurs déclenchants possibles dans les causes, ci-dessus.

Peut-on prévenir?

Certaines mesures aident à réduire la fréquence des aphtes. Cependant, comme on connaît mal l’origine du problème, on ne peut prévenir son apparition.

Mesures pour réduire la fréquence des aphtes

  • Avoir une bonne hygiène buccale. Utiliser une brosse à dents à soies souples. Passer de la soie dentaire entre les dents une fois par jour. Par ailleurs, certaines études ont démontré une réduction des récidives de la stomatite aphteuse chez les personnes atteintes qui utilisent des rince-bouches antibactériens.
  • Éviter de parler en mangeant et mastiquer lentement pour ne pas blesser la muqueuse buccale. Les lésions rendent les muqueuses plus vulnérables à l’apparition d’aphtes.
  • Essayer de savoir si on a des intolérances ou des sensibilités alimentaires et, s’il y a lieu, supprimer les aliments en cause.
  • Au besoin, s’assurer auprès de son dentiste ou denturologiste que les prothèses dentaires qu’on porte sont bien ajustées.
  • Éviter d’utiliser un dentifrice à base de dodécyl sulfate de sodium, quoique cela soit controversé.

Traitements médicaux

Les aphtes guérissent habituellement d’eux-mêmes, c’est pourquoi un traitement n’est pas toujours nécessaire.

Au besoin, certains médicaments peuvent aider à soulager la douleur :

  • Une pommade émolliente composée de pectine et de gélatine, à appliquer sur les ulcères pour protéger la muqueuse et soulager la douleur. Ce type de produit se trouve en pharmacie, en vente libre (par exemple, Orabase®).
  • Un gel de lidocaïne ou de la lidocaïne visqueuse, pour son effet anesthésique. Ils sont obtenus sur ordonnance. Des picotements ou une réaction allergique se produisent parfois. Dans ce cas, en parler à son médecin.
  • Un rince-bouche médicamenteux pour soulager la douleur et l’inflammation. Certains contiennent de la cortisone ou de la prednisone, des anti-inflammatoires, de l’érythromycine, un antibiotique, de la lidocaïne visqueuse, un anesthésique local ou du diphenhydramine (Benadryl®), un antihistaminique ayant un effet anesthésique. Ces substances pharmaceutiques accélèrent la guérison des aphtes, soulagent la douleur et empêchent que ceux-ci n’augmentent de taille. Ils s’obtiennent sur ordonnance.
  • Certains médicaments qui ne visaient pas, à l’origine, à traiter les aphtes peuvent être bénéfiques : c’est le cas, par exemple, de la colchicine (un médicament habituellement utilisé pour traiter la goutte) et de la cimétidine (pour traiter le reflux gastro-oesophagien). Ces médicaments sont pris sous forme de comprimés.
  • Pour une personne souffrant d’aphtes très graves et récurrents, on peut avoir recours à la cortisone en pommade ou en infiltration locale, ou à la thalidomide, mais cela est très rare.
  • En cas de carence en nutriments, les corriger par la prise de suppléments de vitamines ou de minéraux.

Si un ulcère tarde à guérir, il arrive que le médecin suggère de procéder à une biopsie. Il prélève alors un peu de tissu dans l’ulcère, dans le but de l’examiner au microscope. L’analyse du tissu permettra de savoir si la lésion est d’origine cancéreuse ou non.

Quelques conseils pour réduire la douleur

  • Mettre un glaçon dans la bouche et le laisser fondre sur l’ulcère.
  • Éviter de consommer des aliments et des boissons qui irritent les muqueuses. C’est le cas de ceux qui sont acides (café, agrumes, ananas, tomates, etc.), durs (comme les rôties, les noix et les bretzels) ou épicés.
  • Se rincer la bouche avec l’une des solutions suivantes, puis la recracher :
    - Une cuillerée à thé de bicarbonate de soude et une cuillerée à thé de sel diluées dans 120 ml d’eau.
    - Une cuillerée à table de peroxyde d’hydrogène diluée dans un demi-litre d’eau (2 tasses).
    Ces solutions réduisent la douleur. À utiliser quatre fois par jour si possible.
  • Badigeonner doucement les aphtes d’un peu de lait de magnésie quelques fois par jour.
  • Appliquer sur la lésion une mince couche de pâte composée de bicarbonate de soude et d’eau.
  • Au besoin, prendre de l’acide acétylsalicylique (Aspirine®) ou de l’acétaminophène (Tylenol®, Acet®, Tempra®, etc.). Il vaut mieux ne pas prendre d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et autres), qui peuvent contribuer au problème.

L’opinion de notre médecin

La majorité des gens ne consultent pas de médecin en cas d’aphtes et se soignent par eux-mêmes. C’est très bien ainsi.

Cependant, pour les personnes qui ont des récurrences fréquentes d’aphtes (une minorité), un examen médical et un bilan sanguin s’imposent. Cela permet de rechercher une autre maladie qui pourrait provoquer des aphtes, comme celles mentionnées dans ce document (maladie de Crohn, maladie de Behçet, etc.).

Par ailleurs, dans les cas d’ulcérations rebelles et persistantes qui pourraient être autre chose qu’un simple aphte, il faut effectuer une biopsie. Heureusement, cela survient rarement.

 

Dr Dominic Larose, M.D.

Bonne journée,

Marie claude

ref: Passeport.sante.net


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marieclaude 499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine