Magazine Coaching

Je vois ce que je crois

Par Patricia Goyenetche

Le dernier billet que je vous ai proposé est une présentation complète de la conférence sur des expériences en psychologie sociale menées par deux grands chercheurs de cette discipline. Sa longueur vous a peut être décourager !!! Aussi je vous propose de découvrir celle qui se situe en fin du programme et qui me semple la plus importante.

Tout au long de ce blog, j'ai essayé de vous sensibiliser sur les bugs de notre cerveau. Certaines réactions montrent à quel point les découvertes en psychologie sociale dérangent. Je le conçois car lorsqu'on est persuadé de bien faire, il est difficile d'admettre que l'on est dupé par ses propres connaissances et que notre objectivité penche davantage à la subjectivité. J'ai moi-même vécu cela au cours de ma découverte de la psychologie sociale. C'est frustrant.

L'expérience qui est présentée s'appuie sur la signification de la gestuelle lors d'un échange entre deux individus.

Si l'on en croit les nombreux ouvrages et disciplines développées autour de ce thème, nous devrions être en mesure de repérer de manière commune la signification de chaque geste. Les chercheurs psychosociologues pensent qu'au contraire nous sommes soumis à nos stéréotypes et c'est sur ces bases que nous construisons le sens des gestes que nous visualisons.

L'enregistrement vidéo d'une discussion entre deux compères est réalisé en amont de l'expérience. Les chercheurs vont présenter cette vidéo sans le son à trois groupes différents. La présentation de la vidéo aux sujets sera modifiée uniquement sur la variable "catégorie sociale" des deux compères. Chaque sujet de chaque groupe doit ensuite cocher sur une fiche les traits de personnalité qu'ils pensent observer dans leur situation. 1ère situation : les deux compères sont des amies. 2ème situation : la personne à droite de l'écran est une assistante sociale et celle de gauche demande de l'aide. 3ème situation La personne de droite devient celle qui demande de l'aide, tandis que celle de gauche devient l'assistante sociale.

Si les pro-paraverbaux ont raison, nous devrions obtenir les mêmes traits de caractères pour chaque situation. Nous pourrons ainsi montrer que le langage gestuelle existe vraiment et nous en servir pour des expériences futures.

Les explications de Nicoles DUBOIS s'adressent à des étudiants en psychologie sociale, toutefois, il me semble qu'elles restent à la portée de tout le monde.

Ma méthode de recrutement s'inspire de ce résultat. Une présélection basée sur du texte est plus fiable que le recrutement par compétences lors d'un entretien en face à face. L'évaluateur n'est ainsi pas soumis à ce type d'erreur de jugement.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Patricia Goyenetche 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte