Magazine Humeur

Avec la mort d’Omar Bongo la «FrançAfric» perd un de ses membres… (pourris)

Publié le 09 juin 2009 par Kamizole

omar-bongo-8-dec-2007-lisbonne.1244506795.jpgNe comptez pas sur mémé Kamizole pour verser la moindre larme sur ce dictateur véreux ! Il faut toute l’hypocrisie d’un Bernard Kouchner pour oser affirmer que «la France perd un ami» comme je viens de le lire sur Le Monde ! Bongo est mort : la France “perd un ami”. Pas fortiche pour un «french doctor» ! Par ce que je peux vous garantir que la gangrène, ça «fouette» grave !

Mais, allié à la bassesse flagorneuse des «obligés», sans doute l’odorat de Koukouchpanier est-il occulté par l’argent – qui n’aurait pas d’odeur !

J’ai en effet consacré en février dernier une série d’articles à «L’honneur perdu du bon docteur Bernard K.» au moment du scandale provoqué par la découverte des juteux contrats de «conseils» dont il avait bénéficié, notamment au Gabon, pour la mise en place d’un système de sécurité sociale qui semble bien être du même registre que «l’Arlésienne» dont on parle beau-coup dans l’opéra de Bizet sans jamais la voir !

Remarquez qu’il n’est pas le seul : «Un ami» pour le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, un “sage” pour l’ex-président de la République Jacques Chirac et son épouse, Bernadette, “un grand et fidèle ami de la France” pour le président Nicolas Sarkozy : la mort, lundi 8 juin en Espagne, du président gabonais, Omar Bongo Ondimba, a provoqué une ava-lanche d’hommages dans la classe politique française» ainsi d’ailleurs qu’en Afrique.

Seule fausse note dans ce dithyrambe, la déclaration d’Eva Joly - nouvelle élue “Europe-écologie” au Parle-ment européen - qui a instruit l’affaire Elf et ses ramifi-cations au Gabon : s’il “avait bien servi les intérêts de la France” notamment par “la manne pétrolière”, Omar Bongo n’avait pas “le souci de ses citoyens”. C’est peu de le dire !

Comme à chaque fois qu’un dictateur meurt en Afrique, il faut redouter une guerre civile. Je pense néanmoins que celle-ci ne devrait pas avoir lieu : au Gabon comme ailleurs sur le continent, il me semble très probable que ce sera son fils – actuellement ministre de l’intérieur ! – qui devrait lui succéder… Président de père en fils, c’est quasi monarchique !

Il a d’ailleurs pris les devants : lançant un appel au calme et décidé “la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes” (…) tout en annonçant “la mise en place de toutes les composantes des forces de défense sur tout l’ensemble du territoire” et “la sécurisation des sites et des bâtiments administratifs sensibles”.

«Tu seras un dictateur, mon fils» !

L’honneur perdu du bon docteur Bernard K. (1) ce qu’en pense Kamizole

L’honneur perdu du bon docteur Bernard K. (2) La FrançAfric

L’honneur perdu du bon docteur Bernard K. (3) quels arguments nauséabonds

L’honneur perdu du bon docteur Bernard K. (4) soutiens & ennemis jurés

L’honneur perdu du bon docteur Bernard K. (5) un mensonge gros comme une maison


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte