Magazine Côté Femmes

Lacan : le suicide mérite objection

Publié le 26 septembre 2007 par Psychanalyse Suicide

Le 4 novembre 1971, Lacan parle à Ste Anne de la jouissance (extraits). Il y a quelques indications à propos du suicide :

1- Le sujet rate toujours la jouissance

2- c’est ce que Freud évoque sous le nom de : « instinct de mort »

3- le seul acte qui pourrait être achevé du point de vus de la jouissance serait le suicide

4- mais, il n’y a pas d’acte qui réussisse du point de vue de la jouissance (ni de discours qui ne soit pas du semblant)

5- qu’un acte soit raté est la condition d’un semblant de réussir

6- ce en quoi le suicide « mérite objection »

7- on n’a pas besoin que ça reste une tentative pour que ce soit de toute façon raté

8- le suicide est un acte raté du point de vue de la jouissance

Petite précision : à cette époque, Lacan s’attache à penser le réel comme ce qui échappe à la symbolisation, au discours et au semblant. Cela le conduit à en déduire que le rapport sexuel est un semblant (il n’y a pas de rapport sexuel).

Deux remarques après la lecture de ce passage :

1- il n’y a pas d’acte suicidaire qui ne soit pas du semblant (de l'ordre symbolique)

2- sauf peut-être pour les moines Boudhistes ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Psychanalyse Suicide 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines