Magazine

Coraline

Publié le 18 juin 2009 par Alexandre Tizel

Un film sympa, sans plus...

Coraline

La technique d'animation image par image m'a toujours quelque peu fasciné. Que de patience pour tourner un film de plus d'une heure, en faisant bouger les personnage petit à petit, millimètre par millimètre. Les grands spécialistes de ces techniques sont les anglais, avec leur fameux Wallace and Gromit, personnages en pâte à modeler, et les américain, avec leur cultissime Jack, dans son étrange noël. Aussi, quand le dernier film d'Henry Selick a été annoncé au cinéma, Coraline, je me suis précipité.

La technique est vraiment maitrisée par Henry Selick. Rien à redire, c'est un vrai plaisir de voir Coraline, la petite fille du film, évoluer dans un mode en 3D (dans certaines salles, le film est même diffusé en vraie 3D). Les animations sont très fluides, on se laisse porter, et on en oublie qu'il s'agit d'animations images par images. Helas, ce film n'arrive pas au niveau de L'étrange Noel de M. Jack. Les personnages sont beaucoup moins intéressant, l'intrigue est faible. On se pose au final peu de questions sur l'univers dans lequel progresse Coraline et les intrigues sont révélées trop facilement, sans surprise, sans grand suspens. Je me suis même quelque peu ennuyé à certains moments. Le film est long, avec quelques longueurs...

La technique est époustouflante, mais le film en lui même à peu d'intérêt. Il manque indiscutablement la pâte de Tim Burton et de son univers décalé pour donner de la consistance à ce film. Dommage.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alexandre Tizel 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte