Magazine Handicap

Mercredi, visite d'un atelier protégé et d'un ESAT APF.

Publié le 20 juin 2009 par Handiady
Mercredi, visite d'un atelier protégé et d'un ESAT APF. Les ateliers protégés s'inscrivent dans le marché économique actuel, sont de véritables entreprises, mais adaptées, qui tiennent compte du handicap, voire de la maladie évolutive (SEP) du travailleur qui touche le SMIC horaire. On est allés entre élus avec notre directrice, je vous mets des photos de l'extérieur, pas de l'intérieur (par discrétion et aussi pour ne pas déranger les gens au travail).

On a parcouru trois sous-ateliers: l'électronique, l'électrotechnique et un atelier tertiaire d'informatique.
Mercredi, visite d'un atelier protégé et d'un ESAT APF. Ma pousseuse, élue aussi, a elle-même travaillé dans cet atelier et ses anciens collègues la saluaient tous. Elle a pu compléter notre information.
Mon impression d'ensemble est que les travailleurs s'y sentent bien, le rythme est adapté à leurs moyens, mais doit rester concurrentiel, personne ne reste sur un poste non adapté à ses possibilités, nul ne se retrouve dans la difficulté. On y fabrique en sous-traitance des objets pour des firmes parfois très connues. Objets ou plutôt éléments d'objets.
Parfois très techniques. En électrotechnique, les pièces étaient encore assez grandes et semblaient faciles à assembler, mais en électronique, c'est beaucoup plus petit et minutieux. une bonne ambiance de travail. En tertiaire le poste/outil de travail peut être adapté aussi  (clavier, souris, PC) aux besoins.
J'ai demandé si on embauchait des SEPiens. Le chef m'a dit "oui, mais..." car les SEPiens, au départ excellents et surqualifiés,  évoluent et en quelques années ils n'ont plus les moyens physiques ou les yeux pour réussir.
Moi, je me sentais comme dans les ateliers de mon lycée... Un peu chez moi!

L'atelier protégé subit la concurrence des autres entreprises et... connaît la crise!
J'ai demandé si on y travaillait avec les lycées professionnels (mon rayon!). Oui, on y prend des stagiaires issus des LP.

Mercredi, visite d'un atelier protégé et d'un ESAT APF. L'établissement et service d’aide par le travail (ESAT) aussi appelé CAT (centre d'aide par le travail) , non loin de là, a un dispositif de suivi social et médical, une psy et une animatrice y travaillent en plus du médecin.  travaillent des handicapés qui ne peuvent pas travailler ailleurs.

Le travail est plus simple, à la portée de tous, et les contrats sont choisis dans ce but. J'y ai reconnu un handi en cannes qui avait manifesté à NIPAUVRENISOUMIS et un homme entre deux âges qui fait partie, comme moi, du groupe Amitié qui part en excursion un dimanche par mois.
Mercredi, visite d'un atelier protégé et d'un ESAT APF. Là encore, convivialité et labeur font bon ménage. Un moniteur encadre les travailleurs (qui n'ont pas le statut de salariés ici!), les forme, les aide à s'adapter.
Toujours en sous-traitance, on travaille pour de grandes marques, on y trie le courrier d'une grande assurance...
Les ESAT ne connaissent pas la crise. Ouf!

Je découvre peu à peu cet autre monde du travail, celui des handoicapés qui ne peuvent travailler en milieu dit ordinaire.
Je me suis évidemment posé des questions à mon sujet: moi qui ai eu la chance de travailler en milieu ordinaire, aurais-je réussi à l'atelier protégé? Oui, je pense, une SEPienne y était encore en poste en électronique.

Après cette visite passionnante, j'avais une réunion de la commission éthique au foyer de vie des travailleurs de l'atelier protégé. A suivre...




Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Handiady 268 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte