Magazine

La fin des GPS autonomes ?

Publié le 20 juin 2009 par Zozo

Les smartphones avec puce GPS intégrée arrivent en masse sur le marché. Ne sonnent-ils pas la fin des GPS autonomes, Tomtom et Viamichelin en tête ?

Avez-vous testé un iPhone avec la fonctionnalité GPS ? Moi oui, et j'avoue avoir été bluffé. Pas par le fait d'être géolocalisé ni d'avoir la carte routière sur un terminal portable, rien de nouveau à cela, mais plutôt par la maturité du système : il manque très peu de choses pour que l'iPhone se suffise à lui-même pour faire navigateur GPS.

La madame ne parle pas

Alors oui, la madame (ou le monsieur selon votre configuration) ne vous dit pas "tournez à droite", "faites demi-tour dès que possible". Pas encore ! Il manque juste une application digne de ce nom qui puisse indiquer les directions à prendre. Uniquement cela car Google Maps, sur lequel l'iPhone se connecte, intègre déjà un calculateur de trajet et aussi des informations de trafic.

Google Maps déjà suffisant pour ceux qui savent lire une carte

Le principal en quelque sorte. Oui, quand on y réfléchit, la principale utilité d'un GPS est de nous dire où on est par rapport au trajet que l'on doit prendre. Savoir qu'il faut tourner à droite à tel moment, c'est presque accessoire, avant le GPS avec une carte papier, on y arrivait très bien ...

Payer pour avoir un appareil en plus ?

Voilà la question, la vraie : pourquoi devrais-je payer un terminal supplémentaire alors que mon téléphone m'offre déjà en standard les fonctionnalités principales ? Cela fait un appareil de plus à gérer (enlever de la voiture, ne pas oublier de prendre, etc), un de plus à mettre à jour, un de trop finalement.
Certes, l'écran est petit, certes, il n'y a pas de navigation, mais on l'a déjà dans son téléphone gratuitement. Tout le monde n'a pas de smartphone, mais leur part de marché augmente, parions que d'ici quelques années ils auront mangé un gros morceau du gagne-pain de Tomtom et autres.

La fin du GPS autonome n'est pas la fin des pionniers du secteur

Tomtom pourra toujours faire payer son navigateur en tant qu'application IPhone, Viamichelin aussi, et preuve qu'ils sentent le vent tourner, Michelin a déjà sorti une version électronique de son guide sur iPhone.
Quelques réflexions cependant pour finir cette article :

  • Quid de la conséquence de la gratuité des services ? Le fait de payer un objet (GPS autonome) permet d'inclure le service (la géolocalisation / navigation) qui elles seules apportent une valeur ajoutée. Proposer le service sans l'objet (ce que fait l'iPhone) dématérialise la valeur ajoutée, et fait ainsi passer le service dans le trou noir de la gratuité ou quasi-gratuité d'internet. En somme, Tomtom pourra-t-il survivre à la dématérialisation de son produit ? Rien n'est moins sûr, et c'est un problème général d'internet et de sa culture de la gratuité.
  • Quelles conséquences sur la fracture numérique ? La dématérialisation implique une technologisation de la société que seuls les jeunes (qui sont nés dedans) et les CSP+ maîtrisent. Tant que tout ceci reste du confort ou du loisir, pas de problème, mais que se passera-t-il lorsqu'il faudra être "connecté" pour vivre dans notre société ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zozo Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte