Magazine Société

Philippe Alfroi: un journaliste, seulement un journaliste et cela fait plaisir à voir !

Publié le 21 juin 2009 par Oldchaps

Concernant l'affaire des rétrocommissions de Karachi, voici enfin la video Youtube. Je n'arrive plus à diffuser de vidéos Dailymotion depuis quelques jours et il me tardait de la diffuser malgré tout.

Cette vidéo est passionnante puisqu'elle met en exergue les déviances présidentielles. Celles que nous connaissons depuis quelques années.

  • Philippe Alfroi semble visiblement impressionné par la question qu'il va poser. Une fois lancé par contre, il débite sa question très efficacement.

  • regardez bien les tics présidentiels durant la question: cette impression est la bonne puisque ce sujet semble taper dans le mille.

  • La tentative de déstabilisation que lui impose le Président Nicolas Sarkozy est certes indigne de sa fonction, mais semble indispensable à sa défense.

  • "je vous respecte" signifie son contraire

  • "Soit il y'a des éléments, donnez les nous", nous contre vous, nous contre la justice, nous contre les journalistes, nous contre ceux qui nous dérangent. Il'y a pourtant des éléments nouveaux depuis la déposition de Claude Thévenet devant le juge antiterroste le 14 mai dernier.

  • "C'est grotesque, voilà ma réponse", cette réponse n'engage que ceux qui veulent me croire.

  • "respectons la douleur des victimes". Sandrine Leclerc, fille d'une des victimes des attentats de karachi s'est dit très fachée et en colère contre Nicolas Sarkozy"

  • "Qui peut croire à une fable pareille ?" moi

  • "On est dans un monde où tout se sait". pour quelles bonnes raisons ?

  • "14 ans après" semble légitimer l'oubli.

  • Re-tentative de déstabilisation de Philippe Alfroi, pour détourner la conversation

  • Changement de sujet et rires gênés

  • Karachi, c'est la douleur de famille, et des trucs comme ça. Mais qu'est ce que vous voulez que j'ai à y répondre ? pas davantage qu'un autre visiblement

  • Philippe Alfroi revient à la charge avec courage sans pour autant retenir à nouveau l'attention du président perdu dans ses digressions utilitaires.

Non seulement, cela fait plaisir de voir un journaliste poser une question...de journaliste, mais l'embarras énervé de Sarkozy sur ce sujet est patent. Il n'arrive pas à se dépatouiller de cette question, et son inconséquence semble accréditer la thèse de sa culpabilité sur cette affaire d'état.



Réactions de Nicolas Sarkozy à l'affaire Karachi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine