Magazine Cinéma

Je l'aimais

Publié le 02 juin 2009 par Cinephileamateur
Je l'aimaisCinéphile du jour, bonjour !!! Étant un amateur du roman d'Anna Gavalda, "Je l'aimais" faisais parti de ces films que je souhaitais absolument découvrir en espérant y retrouver les mêmes sensations que j'avais pu éprouver à la lecture du livre. Le résultat à t'il été au rendez vous ? Pour le savoir et ainsi connaître mon avis sur ce film, il vous suffit juste de cliquez sur "Lire la suite"...
"Je ne savais pas qu'on pouvais aimer comme ça. Moi je croyais que je n'étais pas programmé pour aimer comme ça."
Il s'agit d'un drame romantique français qui est sorti en salles le 6 mai 2009 et dont la durée est de 1 heure 52.
"Je l'aimais" est un film écris et réalisé par Zabou Breitman.
Le film à été produit par Fabio Conversi.
Le scénario à aussi été écris par Agnès De Sacy d'après l'œuvre d'Anna Gavalda.
La bande originale à été composée par Krishna Levy.
Film tous publics lors de sa sortie en salles.
Quelques vidéos sur le film


Daniel Auteuil et Marie José Croze

Le casting du film :

Daniel Auteuil (Pierre), Marie-Josée Croze (Mathilde), Florence Loiret-Caille (Chloé), Olivia Ross (Christine), Christianne Millet (Suzanne), Geneviève Mnich (Geneviève), Winston Ong (Monsieur Xing), Antonin Chalon (Adrien), Clémentine Houée (Marion), Ludovic Pinette (Jacques), Ysée Dumay Duteil (Lucie), Woon Ling Hau (Mademoiselle Li), Olivier Saint Jours (Adrien, adulte), Richard Boidin (Simon Wepler), Charles Quémere (Paul Houdard), Mark Dugdale (Tom), Louise Carrière (Lucie, bébé), Plume Estève (Lucie, deux ans)...
Le synopsis du film :

En une nuit, Pierre va partager avec sa belle-fille Chloé, ce grand secret qui le hante depuis vingt ans, celui qui le mit face à lui-même, à ses contradictions et à ses choix, à son rôle d'homme et à ses manques. Le secret de cet amour pour Mathilde, pour lequel il n'a pas tout abandonné, choisissant une route plus sûre et plus connue. En une nuit, nous saurons la vie d'un homme qui n'osa pas.
Marie Josée Croze et Daniel Auteuil

Même si je n'ai pas encore eu l'occasion d'en reparler sur mon blog, ceux qui me connaisse savent que j'aime bien Anna Gavalda et plus particulièrement son livre "Je l'aimais" que j'avais eu la chance de lire avant même d'apprendre l'existence du projet de ce film. Son adaptation cinématographique faisait donc parti de mes attentes et c'est assez rare pour que je le signale, pour une fois j'attendais beaucoup d'un film. J'espérais vraiment ne pas être déçu. Quand j'ai enfin pu le voir dans mon cinéma de quartier, je n'ai pas hésité une seule seconde en tout cas :-) .
Ma principale crainte est malheureusement arrivé. J'ai tenu à préciser que j'attendais beaucoup de ce film car ça joue peut être sur mon jugement mais je suis extrêmement déçu par le scénario sur lequel je suis tombé. Si le film reprend bien la trame du roman d'Anna Gavalda, j'ai trouvé qu'il s'en éloigné cependant dans son esprit. En effet, dans le livre ce que j'aime tout particulièrement, c'est cette façon qu'à Pierre de présenter les choses. En toute simplicité et sans chercher à défendre son fils, il arrive à nous montrer que parfois une séparation est nécessaire et que même si la personne quitté à raison de souffrir, c'est normal, l'histoire réussissait à nous faire comprendre le point de vue de la personne qui partait avec une autre femme. Loin de l'image de l'homme lâche qui s'en va juste pour une histoire de sexe, le livre nous montrer un autre visage d'une personne qui part tout simplement parce qu'elle est amoureuse. Dans le film en revanche, dans la façon que Pierre à de raconter son histoire, le portrait qui est peint est tout à fait différent. Si tout comme dans le roman il souffre de ne pas avoir pu partir avec la femme qu'il aime afin de perdre une situation stable, le scénario nous dresse ici le portrait d'un lâche, incapable d'assumer ses actes et dont l'amour pour Mathilde est réduite à une simple histoire de sexe. Pierre rejoint Mathilde, lui fait l'amour, lui dit je t'aime et repars vers sa famille. On n'arrive à aucun moment à le trouver sincère dans sa démarche tant ce héros est pitoyable et ridicule. Dans le livre, on ressentait son amour, cette relation à double sens, cette intensité... Ici, seule Mathilde à l'air de réellement être amoureuse et prête à tout. Même la scène de la liste qui est pourtant forte en émotions dans le livre et ici raccourci en quelques secondes. Comme si cela ne suffisait pas, le film nous montre la femme de Pierre comme un vulgaire objet éperdu de son mari et qui accepte le fait de s'être fait trompé juste pour ne pas perdre sa maison, ses amis... Je n'ai pas réussi à accrocher là encore au point que la plupart des scènes où sa femme apparait je les ai trouvée inutile. Le seul intérêt que j'y vois, c'est de continuer dans le sadisme de Pierre qui à conscience qu'il fait souffrir et à qui ça ne fait rien (la scène avec le chéquier en est un parfait exemple). Toute ses émotions que j'ai ressenti à la lecture du livre, je ne les ai pas retrouvé et je le regrette profondément. De plus, la scène d'ouverture est d'un long pas croyable et traine comme s'est pas permis alors que là en revanche ça valait le coup de raccourcir (sérieux était ce utile de nous montrer pendant 5 minutes Chloé en train de dormir en voiture puis ensuite voir Pierre ouvrir la porte du chalet en laissant Chloé dans la voiture par exemple ?). Le film se finit aussi d'une bien mauvaise manière je trouve même si là encore ça colle plus avec l'esprit du film que celle du roman.
Passé ma déception vis à vis de ce scénario, le casting n'en reste pas moins convaincant. Daniel Auteuil à déjà été plus inspiré mais il livre une bonne prestation. Traversant vingt ans de la vie de son personnage, je trouve que c'est une bonne idée de ne pas avoir opté pour un vieillissement numérique. Ça se joue surtout dans la coloration de ses cheveux, le port des lunettes et ses vêtements et du coup l'acteur dot faire preuve de plus de subtilité afin de nous montrer l'évolution de son personnage. Il est parfait dans le rôle de cet homme égoïste et arrive très bien à différencié le Pierre vide quand il est avec sa femme et le Pierre vivant quant il est avec Mathilde. Son côté protecteur et muet peut en revanche un peu énervé quant il raconte son histoire dans le chalet mais ça colle plutôt bien avec son rôle. J'ai eu un peu plus de mal en revanche avec Florence Loiret-Caille. L'actrice joue bien la tristesse son personnage se contentant malheureusement uniquement de pleurer ou de se taire mais j'aurais aimé qu'elle fasse autre chose, du coup on a du mal à s'attacher à son personnage. La seule scène vraiment intéressante qu'on lui à donner je trouve reste celle où elle crie enfin fasse à son beau père. L'actrice y est convaincante mais retombe malheureusement bien vite dans le silence et le fait d'être quasiment toujours assise ou couché n'aide pas à avoir des subtilités dans son jeu. La vraie bonne surprise dans cette distribution c'est Marie-Josée Croze qui est tout simplement sublime. La joie, la tristesse, l'amour, le mystère, le charme, la folie... l'actrice laisse passer à travers son rôle une multitude de sentiments qui font que là en revanche on sympathise très vite avec son personnage. Apportant une fraîcheur non négligeable qui sauve le film d'ailleurs je trouve ainsi qu'une grande variété dans son interprétation, Marie-Josée Croze est celle qui s'en sors le mieux et qui ébloui le film de par sa présence. On comprend pourquoi Pierre tombe amoureux de son personnage que l'actrice donne vie à merveille. Il y a aussi un petit quelque chose dans son regard que je ne pourrais définir que j'ai beaucoup aimé. Le reste de la distribution est correcte mais transparent à la fois tant le scénario les rend inintéressant dans le peu de scènes qu'ils ont à joué sauf peut être Christianne Millet qui même si la scène dans la pizzeria son rôle est pathétique à réussi à me toucher.
Derrière la caméra, Zabou Breitman livre une bonne réalisation. On ressens son regard de femme mais c'est justement là le problème. Dans son roman Anna Gavalda avait su se mettre à la place de Pierre chose que Zabou Breitman peinent à faire du coup, cela accentue encore un peu plus son côté lâche. Il n'empêche, c'est quand même bien filmé et certaines scènes sont vraiment très belle. On ressens bien les changements dans le temps ainsi que les changement dans le caractère de Pierre quant il est ou non avec Mathilde à travers sa caméra. C'est ainsi que les scènes parisiennes sont limites un peu étouffante, rentrant dans des cases types tandis que lorsqu'il rejoint Mathilde à Hong Kong par exemple sa mise en scène devient plus vivante, plus aéré. J'aurais aimé aussi que Zabou Breitman nous livre quelque chose de plus dynamique. Le roman dont elle s'inspire se lit très vite, il n'y à pas de temps mort, on peut même le lire d'une traite. Le style est simplifié mais efficace. Dans le film malheureusement c'est beaucoup plus long. D'ailleurs, l'histoire peine à réellement se lancer la faute à une ouverture très lourde qui je pense aurait mérité quelques coupes. La fin aussi est assez lourde avec ce soleil qui se lève (symbole d'un nouveau départ ?) mais qui est juste là pour faire joli. Ça reste toutefois agréable à voir attention je ne dis pas le contraire, c'est très bien filmé c'est juste que je trouve que tout comme le scénario on ne retrouve pas l'esprit du livre, du moins je n'ai pas retrouvé l'esprit du livre que j'avais aimé. En revanche, la bande originale signé Krishna Levy est très belle et si la scène d'ouverture et de fin est un peu lourde on peut se consoler avec le très beau titre "Run and hide" d'Anna Chalon qui est tout simplement sublime et nous transporte en quelques minutes.
Au final, "Je l'aimais" est un bon film mais ça reste une très grande déception pour moi. Tout ce que j'ai aimé dans le livre d'Anna Gavalda à totalement disparu. Je me sentais proche de Pierre, de sa façon de raconter, de son histoire avec Mathilde, de cet amour que je trouvé sincère, de ce respect dans ses paroles... et je n'ai rien retrouvé de tout ça dans le film. Après, je suis peut être pas objectif car comme je le disais j'en attendais sans doute un peu trop mais je préfère garder en moi l'idée du livre que je relirais avec un certain plaisir tandis que je suis moins sur de revoir ce film qui malgré ses quelques qualités est assez lent et lourd. Du coup, chez Anna Gavalda j'hésitai à lire "Ensemble, c'est tout" car j'étais un peu perplexe de son adaptation cinématographique mais je me dis que je vais peut être pouvoir aimé le livre finalement. Avec un peu de chance le film n'aura pas réussi à retranscrire l'univers de Gavalda une nouvelle fois je verrais bien. Le style des livres que j'ai lu d'Anna Gavalda est simple mais c'est pour ça que ça marche car après tout en amour, il n'y a pas besoin d'artifice, il suffit juste de rester soit même en toute simplicité. Ce film s'est perdu je trouve à force de vouloir trop en faire en tout cas. Un bon film qui m'as donc déçu tout de même. Quitte à faire une recommandation, je préfère vous recommander en premier lieu le livre que j'ai trouvé bien meilleur ;-) .
Je l'aimais



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine