Magazine Science

Soya et tofu protegent des maladies cardiovasculaires a la menopause

Publié le 22 juin 2009 par Raymond Viger

Dossiers Santé, Science

Soya et tofu protègent des maladies cardiovasculaires à la ménopause

Isabelle Burgun 

(Agence Science-Presse) – Mettre du soya dans son assiette aiderait les femmes ménopausées actives à regagner un poids santé. Bon pour leur tour de taille, ce régime serait aussi bon pour leur cœur.

Une alternative à l’hormonothérapie?

«La ménopause change le corps des femmes. Elles prennent du poids autour de la taille, ce qui est néfaste pour leur cœur», explique Isabelle Dionne du Centre de recherche sur le vieillissement de l’Institut de gériatrie de Sherbrooke.

La ménopause recèle de nombreux mystères pour les scientifiques, dont l’universalité de cette sénescence reproductive quelles que soient les habitudes de vie ou l’espérance de vie. Les femmes subissent de nombreux symptômes diminuant leur qualité de vie: bouffées de chaleur, irritabilité, insomnie, l’accumulation de la graisse abdominale, etc.

Depuis longtemps les chercheurs étudient les phytoestrogènes — des molécules d’origine végétale qui agiraient à la manière de l’œstrogène habituellement produit par le corps humain — afin d’offrir une alternative à la controversée hormonothérapie générant de nombreux effets secondaires.

Soya et exercice: un duo efficace contre l’embonpoint

L’étude menée par Isabelle Dionne montre que la consommation d’isoflavones de soya (tofu, lait de soya, etc.) jumelée à de l’exercice aurait des incidences positives sur l’embonpoint des femmes ménopausées.

La moitié des participantes de cette étude, soumise pendant six mois à un exercice régulier et à une diète comprenant des aliments riches en isoflavones, aurait considérablement réduit leur embonpoint comparativement à celles s’étant tenues en forme, mais n’ayant absorbé qu’un placebo.

«Cette combinaison d’isoflavones de soya et d’exercice vise directement la graisse abdominale particulièrement néfaste pour le cœur», explique la chercheuse. De plus, elles agiraient sur l’hormone SHBG (Sex-Hormone Binding Globuline) liée à l’incidence des maladies cardiovasculaires.

Une menace plus fréquente que le cancer

Si les maladies cardiovasculaires des femmes de plus de 50 ans font moins les manchettes que le cancer, elles seraient toutefois deux fois plus à risque d’y succomber que les hommes de même âge.

Pourtant bien que les femmes d’origine asiatique consomment du soya en abondance, il y aurait qu’un faible pourcentage de femmes — moins de 25 % avancent certains scientifiques — capables de le synthétiser pour remplacer les hormones naturelles.

Un mystère à résoudre lors de la prochaine étude clinique sur les bienfaits des isoflavones de soya que mènera l’équipe d’Isabelle Dionne.

Pour en savoir plus

Isoflavones and Clinical Cardiovascular Risk Factors in Obese Postmenopausal Women: A Randomized Double-Blind Placebo-Controlled Trial publié dans Journal of Women’s Health : http://tinyurl.com/78u7kw

Portrait de la chercheuse Isabelle Dionne

http://tinyurl.com/6ul6ub

PUBLICITÉ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte