Magazine Humeur

Sarkozy : derrière Guaino, Balladur ?

Publié le 23 juin 2009 par Forrestgump54

ag170x200

Il faudra bien qu’un jour un psychanalyste politologue doublé d’un économiste (cet animal existe-t-il ?) se penche sur les discours du président Sarkozy. Car on y trouve à la fois la poésie des rêves éveillés et la marque du talon de fer des réalités les plus prosaïques. C’est encore le cas du discours du Trône, asséné ce jour du haut de la tribune du château de Versailles.
Pour cette fois, le Verbe présidentiel n’est pas très compliqué à décrypter. Le texte, disponible sur le site de la présidence de la République  http://www.elysee.fr/accueil/ est en deux parties. La première, quasi lyrique, reprend les sentences chères à Henri Guaino, le conseiller spécial de la Présidence :  « la crise n’est pas finie »  « la crise nous rend plus libres d’imaginer un autre avenir », l’appel à une «mondialisation coopérative»,  le « souvenir des Trente Glorieuses », etc. A ce moment, on se dit : « c’est beau comme l’antique ».  Mais, à bien réfléchir on s’exclame: le couple Sarkozy-Guaino rêve éveillé. A tel point qu’il l’avoue :  « Ce rêve nous vient, pourquoi ne pas le dire, du Conseil national de la résistance… ».

Après Guaino, Minc ?
Et puis il y a un autre discours, nettement plus équivoque. Qui s’en prend par exemple à « une conception purement formelle de l’égalité ». Une expression qu’on dirait extraite d’un livre d’Alain Minc, visiteur présidentiel du soir attitré, adepte de « l’équité » contre « l’égalité ». 
Et puis cette autre phrase  qui critique « une forme d’intolérance qui stigmatise toute appartenance religieuse », avant de condamner la burqa… Le songe Guainoiste s’estompe alors, pour laisser la place aux amis traditionnels de Sarkozy. 
La crise qui rend libre, devient « la crise aidant, le moment est venu de remettre en cause les principes d’une politique qui nous a enfermé dans des contradictions de moins en moins soutenables ».  On en vient au cœur des problèmes, les finances publiques. « Il y a le mauvais déficit  (…) qui doit être ramené à zéro par des réformes courageuses », le « déficit de crise qui sera résorbé par les recettes de la croissance. Et le déficit d’avenir ».
Traduction pour les citoyens: moins de dépenses de fonctionnement, moins de protection sociale, moins de fonctionnaires. C’est cela que veulent dire les « réformes courageuses ». D’ailleurs, dès l’année prochaine, on réformera les retraites, y compris en reculant l’âge de départ, et la durée de cotisation,. Au fait qui est l’inspirateur d’un tel programme ? Certainement pas Brice Hortefeux, ministre des Affaires sociales totalement néophyte. Non, réfléchissons… Mais bien Edouard Balladur (un ami d’Alain Minc). En 1993, il avait réformé la durée des cotisations du régime général (de 37,5 à 40 années), et désindexé les pensions des salaires. L’ensemble a été la cause d’une perte de 20% du pouvoir d’achat des retraites en 20 ans !

De même, d’où vient cet empressement à réaliser un grand emprunt national ? Dès mercredi le nouveau gouvernement sera mobilisé pour le mettre en place. Et ce n’est pas auprès de notre ami Jean-Michel Quatrepoint  qu’il trouvera son inspiration, mais sur Edouard Balladur. Le Premier ministre, encore lui, leva le dernier emprunt du genre en 1993. C’était déjà pour financer officiellement les investissements publics en pleine crise. Et il assurait aussi de ne jamais confondre cet argent avec les dépenses de fonctionnement.
En fait,  non seulement tout fut confondu dans le même désastre budgétaire (en 1995, Alain Juppé évoqua les « finances publiques dans un état calamiteux »), mais les riches épargnants par ailleurs se firent des grelots en or massif sur le dos des contribuables. Car l’emprunt génial qui se voulait « une preuve  de confiance dans la politique du gouvernement », était bien généreux afin de mieux attirer l’épargne. Résultat, on leva non pas 40 milliards de francs comme prévu mais 110 milliards, qu’il fallut rembourser le plus vite possible tant il coûtait cher au trésor public. Les épargnants se reportèrent en masse en 1997 sur l’action  France Télécom fraîchement privatisée par la gauche.

« Ayons le courage de changer », pérore le président qui affirme prépare « l’avenir ». Une illusion de plus : ce que nous joue Nicolas Sarkozy, c’est la nouvelle version de la machine à remonter le temps !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Forrestgump54 30495 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte