Magazine

Sur la ligne noir de Joe R. Landsale

Publié le 23 juin 2009 par Angelita

Sur la ligne noir de Joe R. Landsale

Stanley Mitchel, 13 ans, raconte son histoire. Elle s’est déroulée à Dewmont à la fin des années 60 où son père a acheté le drive-in.

C’est l’été, il trouve une boîte à moitié enterrée qui contient des lettres.

Il en parle à sa soeur et ils découvrent une maison incendiée que les arbres ont soulevé.

Stanley essaie d’enquêter sur ces mystères.

Tout seul, il ne peut pas faire grand chose. Il apprend qu’une jeune fille de 15 ans est morte assassinée et qu’une autre, d’une famille riche de la ville, a péri dans l’incendie de la fameuse maison.

Il est aidé par le projectionniste qui l’a plus ou moins pris en affection.

La famille de Stanley est menacée par un homme, compagnon d’une femme à qui ils ont porté assistance.

L’enquête continue. De nouveaux éléments apparaissent. Les deux filles étaient plus qu’amies, une était enceinte,  mais ils ne doivent pas tirer de conclusions trop hâtives.

La famille riche a bien entendu un passé à cacher (meurtre, inceste, violences envers les filles, …). Cela reste une question difficile à résoudre.

Nous constatons l’évolution d’un adolescent qui comprend comment est fait le monde, qu’il peut y avoir du sexe, de la haine, de l’amour, des coups, des familles différentes de la sienne.

La peur s’installe insidieusement lorsque Stanley est menacé et suivi et lors de l’agression de sa soeur.

L’amitié entre blancs et noirs a existé, même si ces derniers étaient circonspects, vu le passé.

L’Amérique raciste des années 50, le début de la révolution sexuelle.

Etant jeune à cette époque, Stanley comprendra beaucoup plus tard certains choses.

La famille Mitchel est tenue par la maman. Le père est une personne qui écoute sa femme, surtout lorsqu’elle se prend d’amitié avec des personnes d’une autre couleur.

Ce livre est très bien écrit. Je l’ai beaucoup aimé.

Même si le héros est jeune, on passe par toutes les phases de son questionnement.

Il ne fait pas tout tout seul, il trouve de l’aide ce qui permet au livre de ne pas s’essouffler, les rebondissements ne sont pas légions mais tout à fait utiles au déroulement de cette histoire très bien construite.

Lu dans le cadre du prix littéraire des bloggeurs de G.S.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angelita 404 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog