Magazine Conso

Terminator Renaissance : le test!!!

Publié le 23 juin 2009 par Lacoc

Terminator4.jpg

Terminator7.jpg

Qui n’a jamais entendu parler de Terminator? Incarné par l’actuel gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, ce film avait marqué les esprits dans les années 80 et avait engendré une très bonne suite, puis un troisième opus mitigé. Cette année, les robots tueurs de Skynet reviennent dans un quatrième opus cinématographique : Terminator Renaissance. Exit Arnold et cette fois le personnage principal est incarné par Christian Bale (alias Batman dans les dernier opus) qui campe John Connor, le chef de la résistance humaine... Depuis le premier opus, l’histoire tourne autour de son personnage : dans le premier, c’est sa mère qui était la cible du Terminator, dans le deuxième le jeune John Connor était lui aussi recherché par Skynet... Le voici donc cette fois, adulte, et on le retrouve dans le futur tant redouté, en guerre contre les machines...
Dans cette adaptation videoludique du film (testée ici sur Playstation 3), le scenario est légèrement décalé puisque John Connor n’est pas encore chef. Nous incarnons donc le personnage dans diverses missions qui l’amèneront à prendre du galon. D’emblée on regrette de ne pas reconnaitre les traits de l’acteur Christian Bale. Dommage car ça amplifie la distance qui sépare le jeu du film au niveau de l’ambiance et de la “richesse” scénaristique.
Dans un Los Angeles dévasté, on contrôle donc John Connor dans un jeu de shoot à la troisième personne dans le style de gameplay à la Uncharted avec tirs et couverture (sans les phases plates-formes...). L’axe “couverture” est primordial puisque ce sera souvent le seul moyen d’arriver à bout de vos ennemis. Même si vous serez parfois épaulé par quelques coéquipiers, vous devrez contourner vos ennemis discrètement, leur tirer dans le dos, etc.. Parlons d’ailleurs des ennemis : s’ils reflètent bien les personnages du film ils seront en revanche peu varier allant des simples drones volants aux impressionnants T600 sans oublier quelques araignées robotiques. Malgré tout, les ennemis sont reconnaissables et il est assez grisant de se retrouver face à quelques T600 et leurs yeux rouges bien connus... Ceux-là même qui nous ont fait tressaillir dans nos canapés à la fin des années 80!

Terminator1.jpg
Terminator2.jpg
Terminator3.jpg
Terminator5.jpg
Terminator6.jpg

Les phases de shoots sont agrémentés de quelques scènes en véhicules où vous pourrez notamment diriger une tourelle pour mitrailler des poursuivants tels des vaisseaux ennemis comme les Hunter-Killers. On se rapproche de ce qu’on peut voir dans Red faction Guerilla ou Resident Evil 5 par exemple à ceci prêt que vous devrez tirer sur des zones précises de l’appareil ennemi pour passer à une deuxième phase. Pas très dynamique et naturel pour le coup. Pour résumer, ces phases n’apportent pas grand chose au gameplay général qui est trop répétitif et apporte peu de surprises.
Terminator Renaissance possède l’agréable option du mode coopération pour jouer l’aventure à 2 en écran splitté comme dans Gears of War par exemple mais du coup le jeu peut se terminer trop vite, et même là peu de dynamisme dans le gameplay. C’est en tous cas un bon moyen de tromper l’ennemi à deux avec un joueur qui titille le bestiaux tandis que l’autre le plombe dans le dos. Un joueur humain sera bien plus efficace que vos coéquipiers virtuels à l’IA limitée...
Techniquement, même si les screenshots dévoilés auparavant par Warner m’inquiétaient un peu, j’éspèrais un jeu mieux fini graphiquement notamment. L’ambiance est là avec une tonalité grisouille et un Los Angeles en ruine assez crédible, mais le tout manque de finesse dans les textures et dans les effets de lumière ou de poussière. Aussi, les personnage sont sommairement modélisés par rapport à certains hits du moment en la matière.
Répétitivité d’un gameplay très classique, IA peu évoluée et graphisme pas au niveau de ce qui se fait sur console HD maintenant, Terminator Renaissance déçoit. C’est souvent le cas me direz-vous pour les adaptations de films mais on espérait mieux. On se pose donc l’éternelle question : est-ce que le jeu manque de finition à cause de deadline imposée en fonction du film? Vaut-il mieux sortir une licence baclée à temps plutot que d’en sortir une bonne en retard? Je pense que les producteurs ont fait le choix. Malheureusement, Terminator Renaissance méritait mieux. Même si l’ambiance de fin du monde est là et que retrouver des T600 face à nous est plutôt fun, le jeu reste un classique jeu d’action à la troisième personne.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lacoc 430 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte