Magazine

C'est celle qui dit qui est !

Publié le 23 juin 2009 par Angie21
omg__I__M_ON_TV_by_heavens_drive.jpg
Que celle qui n'a jamais fait l'une de ces choses, se casse le talon de ses escarpins préférés.

Garder des boucles d'oreilles fantaisies qui nous chauffent les oreilles mais que l'on adore parce que c’est nos boucles d'oreilles fétiches. Peu importe que ça nous démenge après 30 secondes d'utilisation, qu'on a l'oreille aussi rouge que le drapeau suisse et qu'on a l'impression de sentir notre coeur battre dans le lobe gauche.

Porter le sac qui pèse une tonne une fois chargé du matériel habituel et qu'on ne veut pour rien au monde, se délester du moindre objet car, on ne sait jamais, même en soirée on ne peut pas se départir de notre livre (en cas d'ennui) ou de notre MP3 (en cas d'ennui total). D'ailleurs c'est fou ce qu'on peut mettre dans une pochette de soirée, incroyable d'ingéniosité notre rangement.

Conserver le pull qui gratte (on a toutes un pull Made in Laine Vierge) que l’on remet à chaque fois dans la placard en disant "toi l'hiver prochain, je te donne" mais qu'on finit par garder car il c'est le plus chaud qu'on ait ou parce que c'est le premier cadeau que notre loulou nous ait fait (on a oublié de lui dire qu'on supportait pas l'effet Spontex).

Acheter des escarpins, qui font mal aux pieds/qui vous scient les orteils (rayer la mention inutile), même avec un coussinet sous la voûte plantaire et 12 pansements par orteil. La paire qu'on a acheté parce qu'elle va avec notre merveilleuse petite robe de soirée, qu'on aura la gambette de star, l'effet boeuf garanti. Les mêmes chaussures qu'on se promet de ne plus jamais remettre, mais qui, de saison en saison, prennent la poussière dans notre armoire car on les garde en les appelant "les au cas où".

Mettre dans notre sac, un jour ou l'autre, le déodorant qui pique sous les bras parce que l’on n’a pas respecté la loi qui veut qu’un déo acceptable et supportable doit être sans alcool pour nous les filles qui nous épilons/rasons tous les jours. Le déodorant qu'on a acheté par erreur et en vitesse lors de notre dernière virée shopping bouffe de dernière minute car on a la flemme (il fait froid et pluvieux dehors) d'aller à la pharmacie pour acheter celui qui nous convient et on se fait une petite danse du feu sacré pendant trois semaines dans la salle de bain au moment du pshittt fatal.

Laisser le nez au vent et le cou offerts à tous les vents alors qu’il fait -5 degrés parce qu'on trouve plus glamour un peu de peau nue plutôt qu’un visage disparaissant dans une grosse écharpe en laine.

Ah, j'entends les talons qui craquent.

Photo : omg__I__M_ON_TV_by_heavens_drive (Deviantart)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angie21 523 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte