Magazine

Fever ray :: fever ray

Publié le 12 avril 2009 par Misterplum
FEVER RAY :: FEVER RAY
Sous le pseudonyme Fever Ray se cache la suédoise Karin Dreijer Andersson. On connaît ce nom : elle est la moitié du duo d'electropop obscure The Knife. Après quelques albums plutôt talentueux, la chanteuse s'offre un projet solo.
Trop d'images serviraient à décrire le fascinant album qu'est Fever Ray. Fever Ray, c'est un vol de ptérodactyles au-dessus de la forêt amazonienne, c'est le rite cauchemardesque d'une tribu maya. Les premières bouchées sont fraîches. Elles sont même glaciales : If I Had a Heart, dont le titre n'inspire que le froid, est une electro lente aux sons lourds et profonds. Autant vous prévenir : Fever Ray ne s'écoute qu'avec des basses puissantes. Concrete Walls vous frigorifiera de plus belle avec une mystique tribale et obscure que l'on retrouve tout le long de l'album.
FEVER RAY :: FEVER RAY
L'electro de Coconut montre qu'arctique rime avec exotique. Hors des cavernes glauques aux stalactites de glace, Fever Ray vous promet un voyage à l'autre bout du monde. When I Grow Up en est le parfait exemple : vous aurez l'impression de voler, léger et nonchalant. Le chant de Karin Dreijer Andersson est particulier, mais le mélange est très apaisant. On le retrouve dans Dry and Dusty, où une deuxième voix masculine fait fuir les frontières de ce beau rêve. La saveur est plus asiatique sur Seven et Triangle Walks, deux titres ravivants aux sonorités méticuleusement choisies. Dans la même veine, mais dans un style plus tangent et mystérieux, Now's the Only Time I Know fera vibrer vos artères de vitalité.
La lourdeur rythmique de Fever Ray a quelque chose d'unique. Alors que le style semble austère, cette electropop se révèle plutôt confortante. C'est froid, certes, mais beau. Les deux dernières chansons avant la conclusion, I'm Not Done et Keep the Streets Empty for Me, brillent de beauté mélodique. L'album se termine comme il a commencé : le mystère perdure et le charme reste intact.
Les plus :
- Une electro de caractère à l'imaginaire débordant.
- Mélodies magistrales.
Les moins :
- Profondeur des basses alarmante.
- Froid pour le printemps.
Verdict : Fever Ray est une surprise inattendue : ce bijou nordique hantera vos nuits, et vous entraînera dans des mondes insoupçonnés, dans des méditations sans fin. La musique est profonde (dans le sens grave) et travaillée, et le chant se marie très bien à cette ambiance grandiloquente. Tout comme je l'ai écrit plus tôt, Fever Ray est - voilà le juste mot - fascinant.

8/10


1. If I Had a Heart
2. When I Grow Up
3. Dry and Dusty
4. Seven
5. Triangle Walls
7. Now's the Only Time I Know
8. I'm Not Done
9. Keep the Streets Empty for Me
10. Coconut
Fever Ray - Fever Ray [Rabid]
18 Mars 2009

When I Grow Up
Dry and Dusty
I'm Not Done
Keep the Streets Empty for Me
Coconut

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misterplum 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte