Magazine

Videos Social Distortion au Bataclan

Publié le 08 juin 2009 par Nonologo

Sous une pluie battante, j'arrive au Bataclan totalement trempé et agacé par un RER qui encore une fois est en grève. Vu le défilé de rockabs et autres punk-cow-boys de luxe, aucun doute, c'est ben ici que ça se passe. Ambiance tropicale dans la salle : 35°, 90% d'humidité. Et moi qui me disait que j'allais sécher dans la salle, c'est raté. Tentative vaine d'atteindre un bar surpeuplé faute de ne pouvoir picoler devant la salle à cause de la pluie, et on attend patiemment que la première partie se termine. Me rappel plus du nom, mais c'était suédois et j'ai pas vu grand-chose de leur set. Juste qu'ils avaient tous un blouson noir.


Changement de matos en à peine 20 minutes. Je me demandais s'ils allaient nous faire le même coup que Metallica en nous balançant la pub de Guitar Hero ou Rock Band mais il n'en sera rien. La salle est pleine avec une moyenne d'âge bien supérieure à la trentaine. Arrivée de Social Distortion et de son charismatique leader Mike Ness coiffé d'un chapeau qu'il ne gardera que le temps d'une chanson. Une première moitié de set dynamique qui regorge de tubes (Another State Of Mind, Sick Boy, Mommy's Little Monster, Don't Drag Me Down, Reach For The Sky, Ring Of Fire ...) et qui fera le bonheur des pogoteurs ajoutant à la moiteur de la salle. Comme beaucoup (presque 10 ans qu'ils ne sont pas venus à Paris) c'est la première fois que je vois Social D sur scène et il faut bien avouer que le chanteur a de la gueule et sait imposer son style. Puis la seconde moitié du set s'orientant sur des titres mélancoliques et sombres (Bad Luck, Sometimes I Do ...) semble un peu trop longue. Les moments punks deviennent rares et on commence à s'ennuyer dans la fosse. Et ce n'est pas le premier rappel qui arrangera les choses même si celui-ci comporte quand même le fameux Prison Bound. Enfin, en ultime rappel, Story Of My Life réveilla le public et Ball And Chain clôtura la soirée.


Au final, un concert de près de 1h30, sincère, viril et mélancolique. Plus rock que punk. Un peu mou oserais-je dire mais qui reste tout de même un bon moment. A noter que le groupe à joué quelques nouveaux morceaux et a annoncé un possible retour l'année prochaine.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nonologo 202 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog