Magazine Science & vie

Le zoo de Pablo Escobar

Publié le 27 juin 2009 par Maaxtal

  PUERTO TRIUNFO, Colombie (AFP) - Le zoo de Pablo Escobar transformé en luxueux parc d'attraction

L'Hacienda Napoles, extravaguant zoo créé par le narcotrafiquant Pablo Escobar avec une toute une animalerie ramenée d'Afrique, s'est transformée en "parc écologique", attirant des milliers de visiteurs.

L'hacienda d'une superficie de 1.800 hectares achetée par le patron du cartel de Medellin en 1978 était encore à l'abandon il y a cinq ans.

Le petit bimoteur qui aurait selon la légende servi à acheminer la première cargaison de cocaïne envoyée par Pablo Escobar aux Etats-Unis avait disparu, tandis que ses luxueux véhicules étaient dévorés par la rouille.

Les paysans des environs osaient à peine s'y aventurer par crainte d'éventuelles représailles de partisans du "capo", tandis que certains aventuriers s'y glissaient de nuit, pour tenter de retrouver des liasses de dollars et des bijoux qui y auraient été enterrées, selon la croyance populaire.

Le zoo privé de Pablo Escobar, le plus connu et peut être l'un des plus sanguinaires trafiquants colombiens, tué par la police en 1993, a été saisi par l'Etat après sa mort.

Une grande partie des animaux ramenés d'Afrique, abandonnés, ont depuis dépéri tandis que l'ensemble de la propriété -- où l'on trouve plusieurs lacs, des écuries et même une arène taurine -- se dégradait.

"L'entretien de l'hacienda était onéreux pour l'Etat", s'excuse Omar Figueroa, membre de la Direction nationale de lutte antidrogue, en charge des biens saisis aux trafiquants, avant d'expliquer que le terrain à été remis à la municipalité dont il dépendait.

La localité de Puerto Triunfo, située à quelque 250 km au nord-ouest de Bogota, a réhabilité les lieux à partir de 2005, et ils sont désormais fréquentés par quelque 50.000 touristes chaque année.

A moyen terme, ses administrateurs espèrent attirer un demi-million de touristes et promettent la construction d'un hôtel "cinq étoiles" d'ici à 2011.

Les touristes - dont un tiers d'étrangers - se voient proposer un tour où la vie du "capo des capos" leur est racontée. "Nous ne cherchons pas à faire l'apologie du crime. Le principal message reste la démonstration du tort qu'il a causé à ce pays et au monde", assure Oberan Martinez, l'administrateur.

Les visiteurs peuvent notamment observer une vingtaine d'hippopotames et d'autres animaux exotiques saisis à des narcotrafiquants. Deux des hippopotames avaient été ramenés d'Afrique par Escobar et ont désormais fondé une famille en Colombie, où cette espèce n'existait pas.

Le visiteur peut également se promener à cheval ou encore découvrir la maison en ruines de Pablo Escobar, où sont exhibées des photos de ce dernier mais aussi des attentats qui lui ont été attribués.

Monica Velandia, une touriste, se dit partagée. "On ressent une certaine admiration pour Pablo car il a réussi à conquérir tant de choses, mais aussi beaucoup de douleur: il a tout construit dans le sang", explique-t-elle tandis qu'une autre touriste, Juliana Rodriguez, évoque le paradoxe entre "la beauté des lieux" face aux "assassinats qui y ont été commandités".


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maaxtal 294 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine