Magazine

Contes de l'ordi sacré : La mobylette maudite 9

Publié le 27 juin 2009 par Porky

touristes.jpg

EPISODE 9 : Où une décision est enfin prise et où l'on retrouve la Mobylette Maudite en plein carnage touristique.

« Les Grandes Puissances Maléfiques sont, comme leur nom l'indique, des puissances infernales qui régissent les pouvoirs des gens tels que mon frère et Gudule, expliqua le Caribou Magique. Elles habitent partout et nulle part, mais il existe des portes vers leur monde et il faut utiliser une formule magique pour ouvrir ces portes. J'ai réussi à me connecter sur l'esprit de mon jumeau : lui et Gudule ont décidé de s'adresser aux GPM, ce qui prouve à quel point ils se sentent menacer, car il est très dangereux de les invoquer. Elles peuvent vous détruire si cela leur chante ou si votre tête ne leur revient pas. Et Gudule ayant accumulé les conneries, je doute qu'elle soit la bienvenue chez les GPM. Le Masque de fer risque de se retrouver sans ex fiancée avant l'heure. » « Quelle heure ? dit le Masque de fer, hautain. L'heure de la dernière heure n'a pas d'heure et n'est pas une heure. Ta remarque est stupide. » « Et vous croyez qu'elles nous feraient bon accueil à nous ? » interrogea Myxomatose, légèrement craintif. Le caribou magique eut l'air un peu embêté. « Heu... Je ne vous ai pas tout dit sur ma famille. J'ai aussi un cousin, le Caribou Maudit, qui fait partie des GPM, il est même très haut placé dans la hiérarchie. Il est méchant comme la gale, mais c'est mon cousin. On peut toujours essayer de lui parler. »

« Donc, Gudule est allée et sa mobylette sont parties voir les GPM ? » demanda Multimédia afin d'être sûre que l'information, elle aussi, l'était. « Exact, confirma le caribou magique. La Mobylette Maudite se dirige vers Notre-Dame de la Garde, il y a une porte dérobée à l'intérieur. Aphrodite me l'a dit avant de m'assommer. Et le Servile Séide est avec Gudule. » « Il faut monter tout de suite à Notre-Dame de la Garde, dit Marsupilania, et arrêter Gudule avant qu'elle ne prononce la formule magique. » « Utilisons la magie, dit le caribou magique. Accrochez-vous tous à moi, nos allons partir en un éclair pour la colline. » Un grand vent venu du large balaya le quai et les embarqua pour Notre-Dame de la Garde.

Pendant ce temps, la Mobylette Maudite continuait ses ravages dans les rues de Marseille. Après avoir rasé la Canebière, elle s'attaquait à la montée vers Notre-Dame de la Garde, ravageant tout autour d'elle, accrochant piétons, voitures, les expédiant l'un après l'autre au tapis, dévastant les magasins dont le propriétaire n'avait pas eu le réflexe de baisser le rideau de fer, écrasant femmes, enfants, vieillards du pays de Provence qui jonchaient le sol et, laissant la désolation derrière elle, elle poursuivait son ascension vers la Bonne Mère qui jusque là n'avait pas fait grand-chose pour interrompre ce nouveau massacre des innocents. De la ville en émeute et en émoi montaient le hurlement strident des sirènes de pompiers, des ambulances, du SAMU marseillais, les cris des blessés et des mourants, et les fumées des incendies provoqués les jets d'étincelles qui s'échappaient de l'engin satanique. Et, tandis que Gudule mettait la ville à feu et à sang, le caribou fou dormait du sommeil de l'injuste dans le grenier du Panier et se moquait bien de tout ce branle-bas.

Lorsque la Mobylette Maudite déboucha sur la plate-forme pas très loin de la basilique, des cars de touristes venaient de déverser leur flot de photographes pressés et ahuris. « Putain de merde, saletés de touristes, on te les pulvériser, ces mini monstres ! » hurla Gudule, au paroxysme de la démence. Le Servile Séide s'accrocha comme il le pouvait au guidon. Et un, et deux, et trois ! Comme un vol de gerfaut hors du charnier natal, les touristes s'envolèrent vers le ciel et retombèrent un peu au hasard, qui dans les bras de la Bonne Mère, qui sur le toit de la basilique,  qui un peu plus bas, au pied de la colline, pas loin du Vieux Port. « Ah ! Ah ! Y a de la purée de touristes dans l'air ! ricana Gudule, au comble de l'extase. Vains dieux, ce que ça fait du bien de faire gicler ces gargouilles ! » Et quand elle eut fait dix fois le tour de l'esplanade et qu'enfin, celle-ci fut vide, elle s'arrêta et gara la mobylette à l'ombre du seul arbrisseau qui poussait dans le coin. « Amène-toi, Séide ! glapit-elle en descendant. J'ai le message du Maître, il ne reste plus qu'à entrer dans la basilique ! »

(Gudule et le Séide arriveront-ils à psalmodier correctement ? Nos héros pourront-ils les rejoindre avant la fin de l'incantation ? Et cette pauvre ville martyre arrivera-t-elle un jour à se remettre de telles émotions ? Entracte.)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Porky 76 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte