Magazine Société

L'informatique par pigeon

Publié le 28 juin 2009 par Vonric Vonric

*Coup de coeur*Il y a quelques années déjà, Google nous dévoilait la technologie qui se cachait derrière son outil de classification de site, le fameux PageRank: rien de plus moins que des pigeons. On nous révélait ainsi que le succès repose principalement sur la supériorité de l'entraînement du pigeon et de sa capacité unique à reconnaître les objets, indépendamment de l'orientation spatiale. Les pigeons gris peuvent facilement distinguer les objets en affichant uniquement les plus petites différences, une capacité qui lui permet de sélectionner des sites Web parmi les milliers de pages similaires....

Pigeon rank

Bref, si vous ne connaissez pas, je vous invite a lire l'article, très instructif.

Mon ami PPR (non pas Pinault Printemps Redoute, l'autre) m'a récemment fait connaitre une utilisation similair: IP over Avian Carriers (signifiant littéralement « IP sur transporteurs aviaires » ), abrégé par le sigle IPoA.

Le 28 avril 2001, IPoAC a été implémenté par le groupe d'utilisateurs Linux de Bergen, en Norvège (qui a dit: "ils n'ont que ca a foutre ?" ). Ils ont envoyé 9 paquets sur une distance approximative de cinq kilomètres, chacun porté par un seul pigeon et contenant un ping (ICMP Echo Request) et ont reçu 4 réponses.

Leur conclusion ? Avec un pourcentage de paquets perdus de 55 %, et un temps de réponse entre 3 000 et 6 000 secondes, IP over Avian Carriers ne semble donc pas approprié pour être employé dans des réseaux IP classiques !

Il y a toutefois une raison d'espérer dans cette technologie naissante: Grâce au développement des technologies avec mémoire flash, le transfert de données par pigeons voyageurs pourrait avoir un avantage par rapport aux moyens de transfert traditionnels (à condition de tolérer le temps de latence en échange de cette très haute bande passante). Par exemple, pour une distance de plus de 50 kilomètres un pigeon peut emporter plus de 10 gigaoctets de données en environ une heure, ce qui peut être bien plus rapide qu'une connexion ADSL classique. Ceci a ainsi été testé en 2004 en Israël avec trois pigeons transportant 4 gigaoctets de données sur une distance de 100 kilomètres, pour un débit calculé à 2,27 Mbit/s. Mais il faut s'attendre à des pertes de données. D'autre part dans le cas où les pigeons seraient utilisés pour cela, la communication ne se fera donc plus par IP

Pour en savoir plus sur cette technologie vous pouvez vous lire ici ou .


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vonric Vonric 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine