Magazine Assurances

Le Di-Antalvic® et ses génériques vont être retirés du marché

Publié le 29 juin 2009 par Newsassurances

L’Agence européenne du médicament recommande le retrait de la vente des médicaments antidouleur contenant du dextropropoxyphène. Cette mesure vise le Di-Antalvic® et ses génériques.

A haute dose, cette molécule engendre de graves intoxications pouvant entraîner le décès. En France, les autorités sanitaires ne se montrent pas alarmistes : les médecins et les patients auront un an pour changer de traitement.

Le Di-Antalvic® et ses génériques sont en sursis. Ces médicaments contre la douleur seront retirés du marché européen dans les prochains mois. Dans un avis rendu public le 25 juin, l’Agence européenne du médicament (EMEA) recommande le retrait de la vente des produits contenant du dextropropoxyphène (DXP) associé à du paracétamol.

Les médicaments issus de cette association peuvent être à l’origine de graves intoxications susceptibles d’entraîner la mort du patient. Ces décès surviennent en cas de surdosages accidentels ou volontaires, en particulier lors d’une tentative de suicide.

La Suède et le Royaume-Uni ont retiré du marché les équivalents du Di-Antalvic® dès 2005 : l’association DXP/paracétamol était impliquée dans 200 décès annuels en Suède et entre 300 et 400 décès au Royaume-Uni, selon l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

En France, ce médicament est délivré sous prescription médicale. En 2008, près de 80 millions de boîtes ont été vendues, indique l’observatoire du médicament de la Mutualité française, citant des données de l’institut IMS Health.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Newsassurances 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte