Magazine Journal intime

Le problème du stationnement sur places réservées.

Par Handiady
« Tout citoyen doit avoir accès aux droits fondamentaux proclamés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : droit à l’éducation, droit au travail, droit à des ressources décentes, droit de libre circulation, droit à la liberté d’opinion et d’expression, etc. La personne en situation de handicap doit être à égalité de chances avec les autres citoyens pour l’accès aux droits fondamentaux ».
Le problème du stationnement sur places réservées.
Les places réservées doivent l'être pour les handicapés (et non pour leurs proches!) munis du macaron GIC (perso) uniquement.
Il ne faut pas se garer sur les trottoirs (surtout sur les bateaux, seul endroit praticable pour traverser, pour beaucoup de handis) ou devant les entrées.

Pourquoi des places réservées (notamment juste devant les commerces)? Pourquoi des caisses réservées dans les magasins? Parce que nous avons du mal à nous déplacer, parce que nous souffrons souvent d'incontinence, parce que nos douleurs rendent toute manoeuvre pénible, parce que notre temps est compté: soins à faire à heure fixe, passage d'infirmiers à domicile...). Et pourquoi les places sont-elles souvent vides? Parce que nous évitons les heures de pointe... Ou parce que le fait qu'elles soient trop souvent squattées (par quelqu'un qui n'en a "que pour 1 mn"!) nous oblige à rentrer, bredouilles, sans avoir fait nos courses, après avoir tourné en vain à la recherche d'une autre place réservée!!! Eh oui, vous pouvez squatter les nôtres, mais l'inverse n'est pas toujours possible: NOS places sont prévues pour permettre à un couple de handis de sortir leur fauteuil, des 2 côtés. Elles sont plus larges. Et donc rares, uniques!
Le problème du stationnement sur places réservées.
NB: tous les handicapés ne sont pas en fauteuil! Les bipèdes ayant du mal à marcher (même s'ils n'ont pas de canne) les SEPiens, entre autres, les cardiaques etc... peuvent aussi avoir droit à un macaron GIC!
Petites anecdotes persos:
1) hiver 2002, -12°, je rentre des courses en début de soirée. Gelée, chargée. Soirée restau prévue, repas de Noël avec les collègues. J'arrive devant la pelouse devant mon immeuble et m'aperçois qu'une voiture mal garée (sur le trottoir, sur le sentier, pile poil devant le portillon) barre complètement le seul accès pour rentrer chez moi !!! J'appelle le commissariat de quartier qui me dit que ce n'est pas de son ressort, qui m'oriente vers le commissariat central, qui lui me renvoie au précédent. Bref, prise de tête. Soudain inspirée, je leur explique que je suis malade, handicapée, que je me gèle, et que s'ils ne font pas leur boulot, je téléphone à des jeunes que je connais (certains sont issus d'un quartier où la police se fait rare lol) qui se chargeront avec plaisir de "déplacer la voiture" pour me secourir, et je décline toute responsabilité quant à l'état du véhicule après manoeuvre. Panique chez les flics. On m'envoie la fourrière. Blème réglé, après plus de 40 mn passées à grelotter par moins 12, résultat, malade pendant 15 jours, poussée et crève!
2) "Chasse aux cons." Sport obligatoire chez les handis, question de survie. Une fois encore, une voiture est garée devant chez moi (alors qu'il y a des places de stationnement, mais à quelques centaines de mètres!), mais au prix d'un détour important et épuisant, je parviens à me frayer un passage et à rentrer chez moi. Auparavant, je glisse sous le rétro du crétin en question un carton de l'APF, fait "pour", lui rappelant que j'existe, ainsi que les lois réglementant le stationnement. Sur le carton, un fauteuil roulant et la phrase "Vous voulez ma place, prenez-là vraiment !".
Le lendemain, même pépin, la voiture est toujours là, le carton a disparu. Pas de blème, j'en ai toujours sur moi héhé, j'en place un second.
A mon retour de courses, il est par terre. Con ET pollueur en plus (ou au féminin...) Je le ramasse avec un gant de soin, car il est tombé dans du caca. (Merci les maîtres crétins qui sont pas aptes à apprendre à leur chien à chier dans le caniveau, ni à ramasser leurs déjections GRRRR !!! On a un canisite pas loin, je n'y ai jamais vu de chien...)
Je cueille le carton sale et le remets en place sur le pare-brise concerné. Faut pas gâcher!
Découverte: le caca de toutou, ça colle vachement bien !

Le lendemain, la voiture n'est plus garée sur le trottoir devant l'immeuble, mais sur une place légale. Hihi.
3) Un autre jour, même blème, autre solution: c'était une voiture cabriolet à toit...ouvert ! J'ai "inondé" l'habitacle de mes cartons. Des dizaines. Avec en bonus un habillage de pare-brise, de vitres latérales, arrière, les portières etc. Le mec a compris.
Le problème du stationnement sur places réservées.
ALORS LA PROCHAINE FOIS, GAREZ-VOUS INTELLIGENT !
MERCI !


*Première parution le 27 février 2007!*

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Handiady 268 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte