Magazine France

La rigueur, victime collatérale de l'affaire Geisser

Publié le 29 juin 2009 par Bernard Girard
On se souvient de l'affaire Geisser, du nom de ce chercheur convoqué devant le conseil de discipline du CNRS pour manquement à l'obligation de réserve sur intervention d'un fonctionnaire de défense attaché à l'établissement. Une pétition circule pour prendre sa défense qu'Elizabeth Roudinesco refuse de signer parce qu'on n'y présente pas ce chercheur qui défend l'islamisme radical. Ce matin, dans Libération, Esther Benbassa, l'animatrice de cette pétition s'en prend à Roudinesco dans des termes qui retirent un peu plus encore l'envie de signer cette pétition et me font penser que ceux qui l'ont signée, même s'ils ont eu (et ont toujours) de bons motifs de protester, devraient se retirer
Je pense à trois passages de ce texte :
- "Cette ingérence, écrit Benbassa, intolérable risque de devenir la règle dans des universités dont les présidents, désormais autonomes, à savoir tout puissants, pourront se sentir autorisés à imposer toutes les censures. Un bon chercheur ne sera-t-il désormais plus qu'un chercheur docile, ressassant une science inoffensive, et se pliant aux diktats des sots et des puissants." Je veux bien que la polémique n'exige pas une grande rigueur et que beaucoup d'universitaires sont hostiles à l'autonomie. Mais tout de même. Il y a dans ce texte autant d'erreurs de raisonnement que de membres de phrase : généralisation abusive, pétition de principe, raisonnement circulaire, effet d'épouvantail… Si les travaux scientifiques d'Esther Benbassa sont de ce niveau, n'est-ce pas elle qui devrait se trouver devant la commission de discipline pour insuffisance notoire?
- "Mme Roudinesco qui, si elle se prévaut d'un titre universitaire, n'appartient pas (…) au corps des chercheurs ni à celui des enseignants-chercheurs (…) intellectuelle jamais évaluée par sa tutelle (…) pense et agit exactement comme l'ingénieur général…" Cela s'appelle une attaque ad hominem d'autant plus détestable que Mme Roudinesco a bien été sollicitée pour signer cet appel. Elle aurait le droit de s'exprimer lorsqu'elle pense comme Mme Benbassa, et le devoir de se taire lorsqu'elle pense autrement?
- "Si l'on brûle des livres demain…" conclut l'auteur de ce brulôt dont on se demande si elle raisonne toujours avec autant de subtilité et si, lorsqu'elle mène ses recherches, elle réfléchit avec autant de mépris pour le bon sens.
Lorsqu'il y a quelques années, des professeurs très hostiles à Claude Allègre allaient sur les ondes diffuser des contre-vérités, je m'étais demandé s'il était bien raisonnable de leur confier des enfants, en lisant ce texte de benbassa, je me demande si le CNRS ne ferait pas bien de demander à ses collaborateurs non pas un devoir de réserve qui ne veut évidemment rien dire dans leur cas, mais un devoir de respect d'un minimum de rigueur scientifique et logique dans leur expression publique.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Girard 236 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte